GUYANAIS et MARTINIQUAIS devant le choix

…  Le   choix  d’une  évolution   du  statut  de  leur  département. Episode 1
Au   contraire de la  Guadeloupe qui  a  demandé  un   moratoire  de  18  mois, les  Responsables politiques de la   Guyane et de la  Martinique ont  été  entendus  par   le   Président  de la   République,   qui  a  fixé aux  17  et 24 Janvier 2010 la   consultation  par   référendum   des  populations   concernées, s’agissant du   choix  entre le   statu quo défini  par   l’Article 73 de  la   Constitution et l’application  de  l’Article  74 ouvrant  sur   une  autonomie(statut   de  Collectivité  d’Outre Mer, Assemblée  unique , lois   adaptées  etc …)
     Il   est  à   noter   que  les  ressortissants de  ces  départements   actuellement  dans  l’Hexagone  ne  seront  pas  invités  à  participer à ce  vote.

 NB    » Je veux également affirmer l’impérieuse nécessité d’une campagne d’information exposant clairement les enjeux de chaque cadre statutaire au regard d’un véritable projet de développement : l’objectif visé est non pas le statut, mais le développement des territoires. Or, sur place, en Martinique notamment, le débat est aujourd’hui confus et souvent passionnel. Un nouvel échec, après celui de 2003, serait particulièrement dommageable dans le contexte actuel ».(selon  les mots  de Serge  LARCHER  ayant présidé une  mission  sénatoriale sur   la  situation  des Départements  d’outre Mer )http://www.senat.fr/seances/s200910/s20091020/s20091020001.html

 

Episode 2

Les  résultats  du   vote  avancé au 10  janvier ne  sont   pas  une  surprise.

 Avec  78 % en Guyane et 68% en Martinique, les électeurs se sont nettement prononcés contre l’Article 74 qui ne garantissait aucune sécurité pour l’avenir, toujours dans l’inquiétude et l’incertitude des Martiniquais surtout. Les volontés politiques ne sauraient pour la satisfaction des élus progressistes dans les idées, se substituer à la volonté des citoyens échoués sur une ïle et qui depuis des siècles trouvent dans la France , le seul recours à leur désespérance, combien bien même cette identité martiniquaise forgée par les efforts des générations successives , trouve dans ce mode moderne une expression qui leur est propre.

Et quand le 11 janvier suivant ce vote, l’île d’HAITI est secouée par un si violent tremblement de terre que la capitale Port au Prince devra être totalement reconstruite, on a peine à ne pas y voir quelque coïncidence indirecte certes, mais qui ô combien souce de réflexion.!

L’échec de l’article 74, conditionnant un nouveau vote de l’ Article 73, dont les caractéristiques sont la transformation des conseils Général et Régional en une seule instance au niveau de la nouvelle Collectivité d’Outre Mer ainsi crée, les électeurs ont choisi cette solution intermédiaire, malgré un premier vote en 2003 qui exprimait avec un même rejet l’idée prématurée d’une autonomie prématurée. Le peuple aurait-il mûri et l’identité martiniquaise s’est elle affranchie depuis la disparition d’Aimé CESAIRE ? En tous cas cette forme de gouvernance devrait aider à plus de réalisme et de bon sens dans le quotidien , comme dans les perspectives d’une responsabilité de plus en plus concrète et de l’implication d’une jeunesse plus informée et mieux formée aux capacités qui sont les siennes.

Copyright (c) 2009

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Je débute. Laissez-moi un commentaire ou un Like :)

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives