MONUMENTS ET MEMOIRES

                 LETTRE OUVERTE A  MONSIEUR LE MAIRE DE SAINT-ESPRIT,

AUX  SPIRITAINES  ET  SPIRITAINS !!

J’ai appris avec étonnement et stupéfaction même devrais je dire, la démolition sans autre forme de procès de l’ancienne ECOLE des GARCONS et COURS COMPLEMENTAIRES…..

Je ne vous cache pas que ma réaction première fut de m’indigner que les Spiritaines et Spiritains n’aient rien entrepris pour manifester leur désapprobation, ni leur souci de préserver un patrimoine toujours en régression par rapport à l’Histoire, à notre Histoire , déjà longtemps occultée, niée, bafouée, pour vivre dans un opportunisme stérile, sans pouvoir embrayer sur l’avenir….avec le passé NOTRE !

Ce monument, dois je le souligner, aurait mérité à plusieurs titres d’être préservé, et donc classé pour bénéficier en conséquence des subventions de l’Etat au titre de la conservation des « MONUMENTS HISTORIQUES »,  et peut être même de l’ U.N.E.S.C.O, parce que déjà abritant une ébauche de musée régional, et d’autres activités culturelles qui ajoutaient d’une certaine manière, de l’animation dans cette ville de plus en plus désertée, et réléguée administrativement. Ensuite, parce que pendant près d’un siècle, cet établissement a accueilli et formé des générations de Ducossais, de Vauclinois, des élèves de PETIT-BOURG et Spiritains en nombre. Bien sûr qu’il en est sorti des élites, bien sûr que nous pouvons être fiers de nos maîtres, eux sans qui…. certains ne seraient pas ce qu’ils sont ! et les enfants des générations successives, de leurs parents.

Comment une telle décision a t-elle pu franchir les étapes jusqu’à cette mise en pièces fatale et destructrice une fois de plus de ce passé sur et avec lequel se construit l’avenir ? L’irresponsabilité et la banalisation sont elles devenues l’apanage d’une communauté à la recherche d’une identité sans fondement, d’une identité à jamais irréalisable ? Jusqu’où l’omnipotence du Maire de Commune demeurera t-elle incontestable et incontestée à l’époque où nous vivons ?Aimé CESAIRE, Père de la Négritude et de cette résurgence du peuple Martiniquais en quête de lui même, s’est pourtant honoré en 1959 d’y être venu prononcer un discours, faisant vibrer bien des coeurs et éclairant bien des esprits sous la bannière d’un « vert » progressiste. C’est la seule fois je crois d’ailleurs qu’il s’y était rendu, quittant ainsi son fief de Fort – de – France et le Lycée Schoelcher, où disait on, beaucoup accouraient aux fenêtres pour entendre ses leçons-discours de professeur !

Que n’y aurait il de CESAIRES pour sauver une vieille bâtisse, âme souveraine de cette personnalité spiritaine, fière de son rayonnement , dans ce qu’elle recellait comme souvenirs par milliers, avec sa cloche et ses envolées « autant  castratrices que  libératrices », ses récréations bouillonnantes et criardes, etc…..etc… « Parfois , quand le cours devenait ennuyeux, je me laissais évader par les tintements du marteau sur l’enclûme du forgeron situé non loin, et nous nous précipitions à la sortie pour admirer les chevaux attendant d’être ferrés, ou sollicitions l’autorisation de « Tonton Léo »  pour agiter le soufflet qui entretenait le feu de la forge »(1)…!

Ainsi , au moment même ou CESAIRE , »le plus illustre des fils de la Martinique » selon une formule de Pierre ALIKER, lui-même ancien élève dudit Collège, nous lègue les ingrédients de cet urgent essor de conscience et de culture, ne voilà t-il pas qu’un pan entier de l’histoire spiritaine recoit à tout jamais ce coup de grâce comme une insulte à la dignité des citoyens et de leurs amis.

Au moment aussi où les rivalités politiques s’affrontent quant à la reconstruction du Lycée SCHOELCHER de Fort-de-France , on peut se demander, sans pour autant établir de parallèle ou de comparaison, puisque le nouveau Collège existe déja au SAINT-ESPRIT, quelle fièvre destructrice a eu raison d’une qualité de vie d’ordinaire si conservatrice et économe aux Antilles?

Maintenant que le mal est fait, et sans qu’il soit possible d’espérer quoi que ce soit, ces murs comme cette mémoire aujourd’hui disparus, je veux redire les vers de LAMARTINE avec Marcel SYLVESTRE, ancien élève et Professeur qui a gratifié nos concitoyens d’une historique et vivante évocation le 6 Novembre 2009 de ce navire à quai depuis une trentaine d’années…. et qui aurait certainement tenu longtemps encore :

 » Objets inanimés, avez vous donc une âme

Qui s’attache à notre âme, et la force d’aimer ?  »

Je ne peux m’empêcher de rapprocher ce triste évènement avec l’abattage, des années plus tôt, du flambloyant de la cour des petits du cours péparatoire, et autour duquel c’était l’enchantement quand il fleurissait. Daniel THALY nous en a gravé toute la majesté et les couleurs par ses mots d’éminent peintre-poète :

« ‘Quand Juillet changera sa verdure en fournaise,

Le sol sera jonché d’écarlates débris »….

Ma question  demeure cependant : comment  a-t-on  pu faire  cela ?… comment  a- t-on  pu   laisser   faire  cela ?

Un Spiritain ancien élève

Lp.CONSEL

Copyright 2010(c) Tous  droits  réservés

(1) évocation personnelle de l’auteur.

NB   .  Pour   évoquer  le   souvenir  des  années  1950  j’ai   retrouvé  le  chant   d’entrée  que  seuls   entonnaient   les  élèves de  « fin  d’études »  (préparant   le   diplôme  du  Certificat   d’Etudes)  et   ceux  du  Cours  moyen  2e  année (préparant  l’entrée   en 6e).J’ajoute   qu’il  n’est  pas  impossible  qu’il  y  ait  un lien  avec le  fait   que  le  Général  DUMAS, (père   D’Alexandre  DUMAS l’écrivain de première   génération) ait  été   à  l’origine  de  la  création  du   Régiment  des  Chasseurs  Alpins  dont  un détachement a  rendu   les  honneurs  lors des cérémonies  de commémoration de 2010(voir  blog photos)

Troupes Alpines ** LES ALLOBROGES **

Je te salue, ô terre hospitalière
Où le malheur trouva protection
D’un peuple libre arborant la bannière
Je vins fêter la constitution
Proscrite hélas! J’ai dû quitter la France
Pour m’abriter sous un climat plus doux
Mais au foyer a relui l’espérance
En attendant en attendant je suis fière de vous.*

Refrain
Allobroges vaillants! dans vos vertes campagnes
Accordez-moi toujours asile et sûreté
Car j’aime à respirer l’air pur de vos montagnes:
Je suis la Liberté! la Liberté!

A noter   que   je  recherche  le texte »Peuples  unis  debout sur la  chaussée  d’honneur…..

voir  aussi

http://www.volcreole.com/forum/forum-1-guide-touristique.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Je débute. Laissez-moi un commentaire ou un Like :)

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives