MORANO : ENTRE TEMPÊTE ET CYCLONE …COMME ENTRE RACE ET NATIONALITE

Nadine Morano, la « France de race blanche » et la Négritude des créoles aux Antilles françaises

Featured image

par Clodomir AUBAULLAN

Mon cousin Rigobè m’a téléphoné ce matin enragé comme pas possible : Mi Nadine Morano, une politicienne qu’un tribunal français considère être une « conasse », a affirmé à la télé que la France était un « pays de race blanche ». L’affaire fait un seul wélélé « an péyi a blan-la » (au pays des Blancs), comme on dit chez nous aux Antilles.

Ça c’est passé samedi soir, 26 septembre 2015, durant l’émission « On n’est pas couché » sur France 2. Sur le plateau de Laurent Ruquier, la dame a dit tout haut ce que 99% des Français de l’Hexagone et d’Outremer pensent tout bas. Y compris nos élus, journalistes et intellectuels quand micros et caméras sont éteints.

D’ailleurs, cousin Rigobè, (qui ne peut pas blairer Nadine Morano) est estébécoué (abasourdi) que nos élus d’outremer, de droite, de gauche et an mitan, soient choqués d’entendre que la France est « un pays de race blanche », peuplé de types du genre Vercingétorix, Charlemagne, Louis XIV et Napoléon Bonaparte…

vercingetorix_charlemagne_louisxiv_napoleon_bonaparteDepuis cette émission, cousin Rigobè est perplexe :

  • Lui qui chantait « faut rigoler » quand la France lui inculquait « nos ancêtres les gaulois » ;
  • lui qui a dans sa bibliothèque Nations nègres et culture de Cheik Anta Diop ;
  • lui qui s’est parfois senti « kon mouch adan on bol lèt » dans l’amphi, pendant ses études en France;
  • lui qui, comme Aimé Césaire, dénonce le « génocide par substitution » (l’envoi de noirs antillais dans l’Hexagone pour les remplacer grandement par des fonctionnaires blancs métropolitains) ;
  • lui qui tient à la part nègre de son identité, dans le droit fil de la Négritude de Césaire, Senghor et Damas ;
  • lui qui réclame « la préférence locale à l’embauche » et que cesse aux Antilles «l’attribution de postes de cadres à des blancs au mépris de la réalité socio-culturelle des afro-descendants»;
  • lui qui demande des réparations à la France pour l’esclavage des Noirs régi par le Code Noir;
  • lui qui vote au concours de « Miss beauté Noire »
  • lui qui vient d’assister à l’inauguration en Guadeloupe du Mémorial ACTe, initié par le Comité international des peuples noirs (CIPN) ;
  • lui qui se plaint que la France nous envoie des enseignants blancs déconnectés de notre culture et de notre histoire ;
  • lui qui sait que la drépanocytose, maladie génétique, affecte les « populations d’origine subsahariennes » (ce qui veut dire « d’Afrique Noire»)
  • lui qui est fier que la France blanche soit fière qu’un noir guadeloupéen la fasse briller au sommet du judo mondial ;
  • lui qui doit préciser sa couleur sur une fiche lorsqu’il voyage dans la Caraïbe, en Amérique du Sud ou aux Etats-Unis…
  • lui qui s’est réjoui qu’on ait enfin nommé une femme noire d’outremer au ministère de la Justice dans un pays majoritairement blanc, une autre au CSA, une autre au 20h d’I-Télé ;
  • lui qui jurerait avoir entendu Audrey Pulvar rétorquer  « Nègre je suis, nègre je resterai » aux flatulences buccales du parfumeur Jean-Paul Guerlain;
  • lui l’afro-descendant à qui l’ONU consacre une décennie (par « afro-descendant » entendre «noir ou tirant son origine de cette couleur»)
  • lui qui est sûr d’avoir croisé Victorin Lurel avec Jesse Jackson au Black Caucus en 2008;
  • lui dont les ancêtres (noirs) ont subi l’esclavage avec la bénédiction de l’Eglise catholique (blanche) dont la France fut longtemps « la fille aînée » (Avignon fut le seul endroit hormis Rome où se sont établis les Papes) ;
  • lui qui en 2009, durant les grèves LKP, soutenait les NOU contre les YO…
  • lui qui en 2009 avait bien ri quand le sénateur Jacques Gillot, président du Conseil Général avait dit aux chefs du LKP « Zot pa vlé diskité èvè mwen é Lurel ? Zot vé pa nou réglé problèm an nou entre gwadloupéyen ? Enben ay palé èvè papa blan a-zot ! » (Je regrette que vous préfériez discuter avec votre « papa blanc » plutôt qu’avec des Guadeloupéens)… voilà qu’on lui dit que tout ça c’était avant ? Allez hop ! Circulez, y’a rien à voir !

Sérieux ? Sé konsa biten la yé aprézan ?

Ben, mon cousin Rigobè, ça lui fait drôle d’entendre que la France a décidé officiellement de ne plus être blanche. Il se demande déjà si demain, on ne va pas lui interdire de parler de ses ancêtres noirs, libanais, syriens, indiens, chinois, normands… autant d’origines ou « d’ethnies » (puisque, en l’état actuel de la science, il n’y a qu’une seule espèce humaine) qui enrichissent nos sociétés créoles des Antilles, majoritairement constituées de noirs et de métis qui se battent depuis des siècles pour être considérés et traités comme français à part entière… c’est-à-dire comme les blancs !

A ce train-là, qui sait s’il ne faudra pas nier un jour qu’il y a une Afrique Noire ? Ou s’interdire de dire qu’Haïti est la 1ère République Noire ? Qui oserait sérieusement affirmer que l’expression «minorité visible» ne désigne pas l’ensemble des non-blancs de nationalité française ou vivant en France reconnaissables à… leur différence flagrante d’épiderme ?

Comme mon cousin Rigobè, j’ai la peau noire. Je sais ce qu’est la discrimination à l’embauche et au logement lorsqu’on n’a pas la bonne couleur ou « un nom qui ne sonne pas Français ». Mais, jusqu’à nouvel ordre, la lutte des noirs de France pour l’égalité, le respect et la dignité existe parce que la France est un pays de Blancs conscients d’être Blancs. Parmi ces blancs, sont racistes ceux qui croient que leur couleur les rend supérieurs. D’accord, en matière de racisme les mentalités évoluent depuis les années 70; et la lutte des « minorités visibles » y a fortement contribué. D’accord il reste encore du chemin a faire. Mais de là à nier que les français, (les toubabs, les zorèy, les françaoui, les métros, les « blancs-france », « les white et les blancos », comme dirait Manuel Valls) sont Blancs, une réalité que chacun peut vérifier dès qu’on s’éloigne un peu de Paris… Faut pas déconner non plus.

Quand la journaliste Léa Salamé s’est inquiétée que les Antillais soient exclus d’une telle « idée de la France », mon cousin Rigobè s’est dit « mais Léa, ne te cache pas derrière les Antilles pour régler tes comptes avec Nadine Morano ! La question que tu aurais dû lui poser c’est : Et moi qui suis d’origine Libanaise, suis-je assez blanche pour être française ? » D’ailleurs la Morano a réglé la question en répondant : « Mais non, ils ne sont pas blancs [les Antillais] ! ça n’empêche pas qu’ils soient Français puisqu’ils appartiennent aux territoires d’outremer… ». Et là-dessus, comme un seul homme, la classe politique française sort du coma; découvre que l’outremer français n’est pas blanc… bien qu’il soit français ? Non mais j’hallucine !

noire_et_francaise_solo_niareComme cousin Rigobè, je condamne d’une manière générale les dérapages parfaitement contrôlés de Nadine Morano –qui ne cherche qu’à draguer l’électorat du Front National. Mais désolé ! Qu’elle dise que « la France est un pays de race blanche et de culture judéo-chrétienne » n’a rien d’étonnant. Sauf à vouloir refaire l’histoire et nous faire prendre un 6 pour un 9. Car c’est bel et bien en revendiquant ses racines blanches et judéo-chrétiennes, que la France a pratiqué l’esclavage des noirs puis la colonisation des jaunes, des arabes et des noirs sous couvert de les civiliser. Et ce n’est qu’en connaissant cette histoire, en l’assumant et en veillant à ce qu’elle ne se reproduise pas, qu’on peut, quelle que soit sa couleur, se dire français à part entière, y compris d’outremer.

Même si, aujourd’hui, pour la plupart des républicains de France, l’allusion à la race est condamnable, on devine que pour Nadine Morano, il s’agit surtout de séduire un électorat de plus en plus soucieux de sauvegarder son identité en ces temps d’attaques terroristes djihadistes et d’afflux massif de migrants en Europe. Une thématique du Front National qui a le vent en poupe. Au final, seul le résultat des élections régionales dira qui a engrangé les dividendes de cette opération de com.

Quant au Général de Gaulle, cité par Nadine Morano, voici, selon Alain Peyrefitte les propos qu’il tenait le 5 mars 1959 à la veille de l’indépendance de l’Algérie :

charles_de_gaulle_01

« C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. Qu’on ne se raconte pas d’histoires ! Les musulmans, vous êtes allés les voir ? Vous les avez regardés avec leurs turbans et leurs djellabas ? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français ! Ceux qui prônent l’intégration ont une cervelle de colibri, même s’ils sont très savants. Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante ? Si nous faisions l’intégration, si tous les Arabes et Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherait-on de venir s’installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ? Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées ! » (in C’était de Gaulle, tome 1, Alain Peyrefitte, éd. éditions de Fallois/Fayard, 1994 (ISBN 978‐2‐213‐02832‐3), p. 52. Passage repris par B. Stora in, Le transfert d’une mémoire, Ed. La découverte, 1999)

Le même Charles de Gaulle aurait déclaré au blanc créole Jacques Foccart :

« Vous savez, cela suffit comme cela avec vos nègres. Vous me gagnez à la main, alors on ne voit plus qu’eux : il y a des nègres à l’Élysée tous les jours, vous me les faites recevoir, vous me les faites inviter à déjeuner. Je suis entouré de nègres, ici. […] Foutez-moi la paix avec vos nègres ; je ne veux plus en voir d’ici deux mois, vous entendez ? […] cela fait très mauvais effet à l’extérieur… » (Entretiens avec Jacques Foccart, 8 novembre 1968. cité dans ses Mémoires, tome 2. Le Général en mai. Journal de l’Élysée. 1968-1969, éd. Fayard/Jeune Afrique)

Toujours de Gaulle, à Alain Peyrefitte, en parlant des africains, le 20 octobre 1959.

« On a prétendu faire des nègres de bons Français. C’est beau l’égalité, mais ce n’est pas à notre portée. Vouloir que toutes les populations d’outre-mer jouissent des mêmes droits sociaux que les métropolitains, d’un niveau de vie égal, ça voudrait dire que le nôtre serait abaissé de moitié. Qui y est prêt ? Alors puisque nous ne pouvons pas leur offrir l’égalité, il vaut mieux leur donner la liberté ! Bye Bye vous nous coûtez trop cher…. »

L’écrivain Eric Roussel affirme que de Gaulle a dit en présence du guyanais Gaston Monnerville, Président du Sénat (à propos de Mme Senghor, née Hubert, au cours d’un dîner au sénat en 1961) : « Je ne comprends pas qu’une femme blanche épouse un homme de couleur. » (in Charles de Gaulle de Eric Roussel, p. 727 Éditions Gallimard 2002).

Jusqu’ici on n’a entendu personne condamner ce florilège de propos méprisants et racistes du général de Gaulle. Alors le délire obsidional de cette baudruche médiatique de Nadine Morano ; l’hypocrisie des politiques de tous bords en période électorale ; et la quête d’audimat de Laurent Ruquier, Yann Moix et Léa Salamé, nous aux Antilles, on s’en tape. On est français en connaissance de cause, alors qu’on arrête de nous prendre pour des cons.

Clodomir Aubaullan (© Creoleways)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Je débute. Laissez-moi un commentaire ou un Like :)

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives