Une première bourde pour démarrer.

Frédéric Régent : « Il ne faut pas culpabiliser l’ensemble des Français sur la traite négrière… »

Et  mon  cul,  c ‘est  du  poulet  !!!!!! je  poserais  la  question à  M.REGENT,  s’il  a  entendu  parler  d « inconscient  collectif » , est  ce  que  le  Français du  fin  fond  du  pays  de  Navarre  reconnait  ou  non le 14  juillet  comme  étant  une  fête  nationale  ou   seulement   des festivités du  bal  des  pompiers aux  feux  d’artifice, le  citoyen  lambda, reconnait  il  ou  non la  chute  de  la  monarchie depuis que  la République s’est  érigée   et  à  quel  prix ?  …  Au  NOM  du  PEUPLE  FRANCAIS  !!!!!   Tout  cela  pour  rétorquer  à  M.REGENT   que  si  « NUL  N’EST  CENSE  IGNORER  LA LOI » il  n’est pas    de  citoyen  qui  puisse  de soustraire  de  ce  qu’il convient   d’appeler  « la conscience  collective » ,  on  assume  ou  on  n’assume  pas sinon  alors  il  serait  temps  de   se  poser la  question  de  son  identité .

 

 

 

 

 

source  MontrayKréyol .com

Edouard GLISSANT, avec le petit côté acerbe qu’on lui connaît, avait coutume de dire que les Antilles comptent beaucoup de diplômés, mais assez peu d’intellectuels. On pourrait ajouter que nombre d’entre ces diplômés au cerveau mou sont des vendus au système en place, des « thuriféraires stipendiés » selon une expression qu’affectionnait Aimé CESAIRE. Des gens à la recherche de strapontins, assoiffés d’honneurs et de pouvoir. Lèche-bottes des gouvernements en place et prêt à tous, y compris à salir leurs compatriotes antillais, pour se faire bien voir du Maître blanc.

   Si les Antilles sont d’ailleurs dans une impasse, c’est en grande partie à cause de ces besogneux de la pensée qui n’ont jamais produit une seule idée originale de leur vie et qui se contentent de répéter, sous des formes diverses et variées, ce qu’ils ont laborieusement appris sur les bancs des universités hexagonales. Tel est le cas du dénommé Frédéric REGENT, maître de conférences en histoire et nouveau directeur du CNMHE (Comité National pour la Mémoire et l’Histoire de l’Esclavage) qui a osé proféré l’énormité suivante suite à sa nomination :
« Il ne s’agit pas pour nous de culpabiliser l’ensemble des Français sur la traite négrière car au moment où elle se pratiquait, 95% de la population était sous la domination des classes riches. »
Avant d’analyser cette énormité, imaginons le tollé qu’aurait immédiatement provoqué une phrase du genre « Il ne s’agit pas de culpabiliser l’ensemble des Allemands à cause de l’hitlérisme car 95% de la population était sous la domination des classes riches ». Evidemment que la majorité des Allemands en 1939 étaient des ouvriers, des employés, des conducteurs de bus, des mécaniciens, des agriculteurs, des femmes de ménage, des infirmières, des vendeuses de magasin, des cuisiniers etc. ! Cela les a-t-il empêchés de suivre HITLER ? A-t-on d’ailleurs jamais vu, depuis que le monde est monde, un pays où les riches soient plus nombreux que le reste de la population ? Bref…
Pour en revenir à la traite et à l’esclavage, et donc à la conquête des Amériques, il est maintenant prouvé que c’est cela qui à permis à l’Europe de dépasser économiquement les autres aires civilisationnelles. Il y a eu une formidable accumulation du capital (cf. « Capitalisme et esclavage » (1944) du Dr Eric WILLIAMS, tout premier Prime minister de Trinidad) qui a servi aux pays européens à construire des ports, des routes, des écoles, des hôpitaux etc. dont seul un idiot ou quelqu’un d’intellectuellement malhonnête peut soutenir l’idée qu’ils n’aient bénéficié qu’aux seules « classes riches ». Si ces dernières en étaient les premiers bénéficiaires, il n’en demeure pas moins que c’est l’ensemble des populations européennes qui a pu tirer profit, au fil des siècles évidemment, de l’amélioration des infrastructures, de la construction de manufactures et d’usines, de réseaux de voie ferrée etc. En clair, si le Français moyen ou l’Anglais moyen disposent du niveau de vie qui est le leur aujourd’hui, c’est en grande partie grâce à l’accumulation du capital généré par la traite et l’esclavage. Les dédouaner tout uniment comme le fait F. REGENT, leur ôter toute mauvaise conscience, les amener surtout à croire que l’Europe est devenue ce qu’elle est uniquement par ses propres moyens, grâce à son seul génie, relève non seulement de la contrefaçon historique, mais aussi de l’insulte envers les centaines de millions d’Amérindiens et surtout d’Africains qui ont travaillé de force dans les mines d’or et d’argent, les plantations de café, de tabac et de canne à sucre et qui y ont perdu leur vie.
Arrêtons-nous un instant sur le fait qu’au XVe siècle, l’Europe n’était pas plus développée économiquement, scientifiquement et technologiquement que le monde arabe, l’Inde ou la Chine. En 1414, l’amiral chinois ZANG-HE, au terme d’un très long périple de plus de 12.000 kms, arrive avec une flotte impressionnante jusqu’à la Corne de l’Afrique, dans ce qui est l’actuel Kenya. Il embarque deux lions et trois girafes qu’il ramènera à l’Empereur à Pékin et rebrousse chemin sans avoir la moindre idée de coloniser les populations africaines ni d’exploiter leur richesses, mais en établissant des relations commerciales qui dureront un certain temps. Quelque soixante-dix ans plus tard, Christophe COLOMB traverse, en 1492, l’Atlantique sur des embarcations de la taille des pétrolettes d’aujourd’hui (30 mètres de long) alors que l’amiral ZANG-HE, lui, disposait de navires (140 mètres de long) de la taille des actuels paquebots de croisière de taille moyenne. L’Europe, au niveau de la construction navale, était très en retard sur la Chine ! Et pas seulement dans ce domaine comme l’explique lumineusement K. POMERANZ dans « La Grande divergence » (2000).
Mais avant que COLOMB ne se lance dans son périlleux périple, des explorateurs européens, notamment portugais avaient commencé à visiter les côtes africaines et à y installer des bases lesquelles finiront par devenir des villes, véritables têtes de pont de la colonisation du continent africain dont l’Europe pompera les richesses durant des siècles (cf. « Comment l’Europe sous-développera l’Afrique » (1972) du Guyanien Walter RODNEY). A compter du milieu du XVe siècle, en effet, les Portugais, sous la houlette du prince HENRI le Navigateur, vont installer des têtes de pont et des comptoirs tout le long de la côte occidentale de l’Afrique, détruisant au passage des empires africains comme ceux du Kongo et du Monomotapa et instaurant dès cette époque le commerce des esclaves. Ils seront, ces Portugais, imités par la suite par les Hollandais, les Anglais, les Français etc…qui se livreront à un pillage systématique du continent noir, pillage ininterrompue puisqu’il continue en ce tout début du XXIe siècle.
6 siècles de pillages donc !

Au début du XIXe siècle, sur les 135 millions de km2 de terres émergées, l’Europe en possède 70 millions. L’Empire colonial anglais atteint 19 millions de km2, l’Empire colonial français 9 millions. Les richesses qui vont être tirées de ces vastes territoires seront rapatriées en Europe et contribueront fortement au développement économique, scientifique, technologique mais aussi social des peuples européens et pas seulement de 5% d’entre ces derniers comme tente de nous faire accroire Frédéric REGENT.  Au XVe siècle, nul contemporain n’aurait parié un kopeck sur la domination européenne qui allait marquer le demi-millénaire suivant : l’hyperpuissance de l’époque était la Chine, et certains ensembles de civilisations (Inde, monde arabo-musulman) étaient technologiquement et économiquement plus avancés que l’Occident. La grande question reste de savoir quand l’Europe a été en mesure de dépasser ses concurrents, et pourquoi elle y est arrivée. La réponse ne fait aucun doute : la conquête des Amériques, la Traite des Noirs et l’esclavage comptent pour beaucoup dans ce dépassement.

Venir donc nous raconter aujourd’hui que seuls 5% des Européens en ont bénéficié est au mieux une erreur, au pire une ânerie. Au « plus pire », si l’on peut dire : un mensonge éhonté…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Je débute. Laissez-moi un commentaire ou un Like :)

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives