Et le créole devint réalité dans l’Hexagone …(le point en 2011)

Le créole, qui s’enseignait exclusivement en Guadeloupe, Martinique, Guyane et La Réunion, devient désormais une réalité hexagonale.

 

Dès la session 2007, Patrick Karam, délégué interministériel pour l’Égalité des chances des Français d’outre-mer avait mis en place avec le ministre de l’Education nationaleune épreuve obligatoire de créole LV2 et LV3  au baccalauréat général et technologique dans l’Hexagone.

À la rentrée scolaire 2008,  la délégation interministérielle, mettant en œuvre un engagement présidentiel, a obtenu l’enseignement de créole facultatif dans 2 lycées d’Ile-de-France (Paul Eluard de Saint-Denis et Léon Blum à Créteil). Deux vacataires dont les noms avaient été proposés par Patrick Karam ont été nommés sur ces postes.

En 2008 l’enseignement a été dispensé en classe de seconde. En 2009 il a été étendu aux classes de 1ère, puis en 2010 aux classes de Terminale.

À la rentrée 2010, on compte 14 élèves au lycée Paul Eluard sur les 3 niveaux et au lycée Léon Blum on dénombre 19 élèves sur les 3 niveaux, dont 10 en terminale.

Dès la session du baccalauréat 2011, les élèves de ces 2 lycées qui sont en Terminale pourront passer le créole en épreuve facultative, ce qui signifie que leur note ne sera prise en compte que si elle est supérieure à la moyenne, contrairement à l’épreuve obligatoire qui constituait jusque là un frein à l’inscription des élèves.

Une extension dans toute l’île de France

Cette mesure voulue par le délégué interministériel et le ministre de l’Education nationale sera étendue dans un premier temps à tous les candidats en Ile-de-France, y compris ceux qui n’auraient pas suivi l’enseignement scolaire.

En 2010, on comptait

958 candidats en épreuve facultative au baccalauréat (311 en Martinique, 445 en Guadeloupe, 104 en Guyane, et 98 à la Réunion, 0 dans l’hexagone)

et 332 candidats en épreuve obligatoire (12 en Martinique, 258 en Guadeloupe, 0 en Guyane, 1 à la Réunion et 61 dans l’Hexagone (29 en créole martiniquais, 25 en créole guadeloupéen, 2 en créole guyanais, 5 en créole  réunionnais).

L’introduction des épreuves facultatives en Ile-de-France permettra de multiplier les candidats.

Le délégué interministériel se félicite de ces avancées.

Afin de pérenniser ces acquis, il va proposer au  ministre de l’Education nationale de nommer désormais un titulaire en lieu et place des actuels vacataires et la généralisation des épreuves facultatives à l’ensemble de l’Hexagone.

Le délégué demande aussi aux associations de prendre leur part en sensibilisant les ultramarins afin que des demandes d’enseignement en créole émanant d’élèves et de parents puissent permettre de développer le dispositif.

 

Publié par bondamanjak

 

Commentaire de  Pierre VERGES : et dire qu’ici, à La Réunion, il se trouve encore des concitoyens qui ne veulent pas entendre parler de cette consécration nécessaire de notre langue.

Au motif futile qu’il suffit de le vivre, de le parler, et que point n’est besoin de l’enseigner…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Je débute. Laissez-moi un commentaire ou un Like :)

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives