L’ART GUADELOUPEEN S’EXPOSE à PARIS


Le 24Beaubourg est heureux de vous annoncer la prochaine exposition :

ÉCLATS D’ÎLES VOL.2
Marielle Plaisir, Shuck One, Philippe Thomarel,
François Piquet, Jean-Marc Hunt
Sous le parrainage de Maryse Condé

Du 11 au 23 octobre 2018
Du mardi au samedi de 13 à 19h

Publicités

AU PARLEMENT DES ECRIVAINES FRANCOPHONES

La Guyane représentée au Parlement des écrivaines francophones

Elles se sont rendues à Orléans où se tenait du 26 au 28 septembre le Parlement des écrivaines francophones qui a réuni 70 femmes pour sa première édition. Françoise James-Ousénie, Edith Serotte et Catherine Le Pelletier étaient accompagnées de Thisséka Lobelt membre de l’association Promolivres.

Tchisséka Lobelt présidente de Promolivres, Françoise James-Ousénie et Catherine Le Pelletier écrivaines © TL
© TL Tchisséka Lobelt présidente de Promolivres, Françoise James-Ousénie et Catherine Le Pelletier écrivaines
  • Par Catherine Lama
  • Publié le , mis à jour le
C’était l’idée formulée en 2016 par Fawzia Zouari journaliste et écrivaine tunisienne, créer un Parlement des écrivaines francophones, l’occasion de réunir des femmes de 5 continents et de rendre distincte leur voix à travers le monde. Leïla Slimani a présidé cette première session orléanaise.

Solidarité, sororité, convivialité…

Selon Tchisséka Lobelt les participantes guyanaises ont beaucoup apprécié de se retrouver entre femmes de lettres pour parler des problèmes du monde et comme elle le précise :

« C’est aussi pour nous toutes, une ouverture au monde avec 70 écrivaines issues de 23 pays. Solidarité, sororité, convivialité, plus de force. Beaucoup de réflexions ont marqué ces rencontres… »

Il a été prévu des actions comme écrire un livre avec la contribution des écrivaines sur la protection de la terre nourricière au mois de juin. Ou encore marrainer une jeune fille qui aime écrire. Il ne s’agit pas seulement de l’aider mais de l’accompagner tout simplement jusqu’au bac. Il est aussi question d’un salon du livre des femmes à Orléans, une ville qui pourrait devenir une ville refuge pour les écrivaines en danger.

Ainsi que le souligne Catherine Le Pelletier :

« Cette première réunion constituante du Parlement des écrivaines francophones était très importante. il fallait que la Guyane soit présente. C’est un événement positif pour nous toutes. »

La Guyanaise a fait une communication et a parlé, notamment, de la toute première écrivaine de Guyane, Roberte Horth qui a guidé les autres femmes dans le mouvement littéraire guyanais. Elle a aussi évoqué les écrivaines contemporaines.
Cependant Catherine Le Pelletier  attend de ce parlement :

« Une réflexion un peu plus dense sur la littérature aujourd’hui et sur la place de la femme dans la littérature, sur la place des écrivaines et celles de Guyane plus singulièrement parce qu’elles méritent une attention toute particulière. Elles ont commencé à écrire et se faire connaître très tard au début du 20è. Il y a une place à occuper et à reconnaître aujourd’hui. »

LE NOBEL (alternatif ) DE LITTERATURE 2018 pour MARYSE CONDE

Après  NAIPAUL (natif  de  Trinidad & Tobago)  Prix Nobel  de  Litterature  2001 l’écrivaine guadeloupéenne Maryse Condé a reçu ce vendredi le prix Nobel « alternatif » de littérature lors d’une cérémonie à Stockholm, en Suède. A 81 ans, c’est une nouvelle marque de reconnaissance pour le travail de cette artiste engagée, plume majeure de la littérature caribéenne.
 « Dans ses oeuvres, avec un langage précis [Maryse Condé] décrit les ravages du colonialisme et le chaos du post-colonialisme« , ont déclaré les organisateurs du prix.
© Ulf Andersen / Aurimages / AFP
© ULF ANDERSEN / AURIMAGES / AFP
  • Marie Boscher, Christian Tortel
  • Publié le ,

Faire entendre la voix de la Guadeloupe

L’auteur de Segou, de La vie scélérate ou encore de Moi, Tituba sorcière faisait partie d’une liste de 47 auteurs, réduite ensuite à 3 nommés. Après avoir appris la nouvelle à la télévision, Maryse Condé s’est réjouie de voir entendue « la voix de la Guadeloupe« , preuve que les Antilles n’ont bien évidemment pas que des catastrophes naturelles à offrir aux yeux du monde… Ecoutez Maryse Condé, jointe par Christian Tortel juste après l’annonce du prix Nobel alternatif.

Réaction de Maryse Condé, lauréate du prix Nobel « alternatif » de littérature

Christiane Taubira, ancienne ministre de la justice, a tenu à féliciter Maryse Condé pour ce prix, faisait référence dans un tweet aux titres des oeuvres de l’écrivaine.

FÉLICITATIONS chaleureuses et amicales à Maryse Condé, lauréate du prix Nobel alternatif de littérature. La vie n’est pas toujours scélérate, elle réserve des merveilles et nous donne parfois le coeur à rire…ou à pleurer d’émotion
ChT

De même que Jacques Bangou, maire de la ville de Pointe-à-Pitre où est née l’auteur.

#prixNobelalternatif a #MaryseConde. Une reconnaissance méritée. Une nouvelle fierté pour la Guadeloupe. L’importante résidence en construction face au terminal des croisiéristes portera son nom.

Un prix alternatif et éphémère

Ce prix « alternatif » a été remis exceptionnellement cette année par des internautes, à l’initiative de la Nouvelle Académie, un collectif de 109 écrivains suédois. Il s’est constitué suite au report du prix Nobel traditionnel à 2019 sur fond de scandale. Dix des dix-huit membres de l’institution officielle s’était retirés suite à la condamnation du mari d’une académicienne dans une affaire de viol. Maryse Condé se rendra en Norvège à Oslo le 9 décembre prochain pour recevoir son prix.

Source  Outre Mer –  France tv info

FRANCE Ô .. vivra, vivra pas ?

  • La1ere.fr
  • Publié le , mis à jour le

Cette suppression de France Ô de la TNT, qui s’inscrit dans le cadre de la réforme de l’audiovisuel public, s’accompagnera également « d’une amélioration très significative de la visibilité des Outre-mer dans les programmes à forte audience des chaînes de France Télévisions », assureun communiqué des services du Premier ministre, Édouard Philippe.

Elle s’accompagnera également « d’une amélioration très significative de la visibilité des Outre-mer dans les programmes à forte audience des chaînes de France Télévisions », selon la même source.  « La représentation des territoires et des habitants ultramarins doit trouver sa juste place au sein de l’audiovisuel public, non pas à la périphérie – comme c’est le cas aujourd’hui à travers la chaîne France Ô dont l’audience reste encore trop
confidentielle, mais par une intégration au sein de la programmation de l’ensemble des autres chaînes de France Télévisions », souligne le communiqué gouvernemental.

« Cette juste représentation doit passer par des engagements de programmation chiffrés et mesurables, qui seront présentés par France Télévisions et intégrés dans son cahier des charges et dans sa feuille de route stratégique dès 2018 », poursuit le texte, qui reprend les recommandations d’un rapport d’étape remis la veille aux patrons du secteur. En outre, le budget de France Télévisions dédié à la coproduction de programmes
ultramarins (10 millions d’euros) sera préservé, selon la même source.

Les précisions de Françoise Nyssen

Au sénat, la ministre de la Culture Françoise Nyssen a apporté des précisions :

Voici le verbatim de la déclaration de François Nyssen :

Troisième priorité : donner une plus grande visibilité aux territoires ultramarins. Il s’agit de sortir les Outre-mer de la périphérie pour leur donner une vraie présence dans la programmation de toutes les chaînes de France Télévisions. Et cette juste représentation sera accompagnée d’engagements précis dans le cahier des charges qui donneront lieu à un groupe de travail associant les parlementaires concernés et les sociétés.

Chaque jour l’Outre-mer sera donc présente sur les antennes et au moins une fois par mois elle fera l’objet d’un prime time. Avec le maintien d’une entité éditoriale dédiée aux Outre-mer avec les équipes de France Ô qui jouera un rôle de tête de réseau.

Nous enrichirons également l’offre numérique et les Outre-mer 1ère passeront en Haute-Définition, ce qui permettra à échéance de 2020 de libérer le canal hetzien de France Ô, tout en augmentant la visibilité des Outre-mer.

– Françoise Nyssen, Sénat, 19 juillet 2018

Audiovisuel public : 190 millions d’euros d’économies d’ici 2022

Le gouvernement a par ailleurs fixé à 190 millions d’euros le montant total des économies que l’audiovisuel public devra réaliser dans le cadre du vaste plan de réduction des dépenses publiques à l’horizon 2022. Ces économies se répartiront à hauteur de 160 millions pour France Télévisions
et 20 millions pour Radio France. Les 10 millions restants seront à la charge des autres groupes du service public audiovisuel, à savoir Arte, l’Institut national de l’audiovisuel (INA), TV5Monde et enfin France Médias Monde (maison mère de France 24 et RFI).

Et pour 2019, l’effort à réaliser sera de 35 millions, dont 25 à la charge de France Télévisions, a précisé le ministère de la Culture.

Parallèlement, l’audiovisuel public devra investir 150 millions d’euros supplémentaires dans le numérique d’ici 2022 grâce à des redéploiements, a confirmé le gouvernement, comme l’avait annoncé début juin la ministre de la Culture Françoise Nyssen.

« La disparition de France Ô nous oblige à refonder une visibilité dans le groupe France Télévisions. Il y a toujours en outre-mer une volonté de reconnaissance, de se sentir faire partie d’un ensemble national », a déclaré Wallès Kotra, en déplacement en Nouvelle-Calédonie, archipel dont il est originaire.

Le président de la République a estimé que cette visibilité était marginale (avec France ô, ndlr). Le chantier qui est devant nous est de dire qu’on ne veut pas remplacer une visibilité marginale par aucune visibilité du tout

Accompagné de plusieurs dirigeants du pôle Outre-mer, qui ont notamment participé mardi à une « Agora » avec les téléspectateurs calédoniens, Walles Kotra a indiqué que l’année 2019 serait mise à profit pour que l’outre-mer « existe dans l’offre de programmes » de France Télévisions.

Une richesse et des spécificités que la France doit assumer

Trois axes ont notamment été définis: une plus grande présence de l’actualité ultramarine dans les informations sur France 2, France 3 et Franceinfo, la création d’un portail numérique et celle d’une unité de programmes, à disposition des chaines.

« Cette réforme doit nous permettre de dire qu’on a une richesse et des spécificités, que la France doit assumer », a également déclaré le patron de France Ô et des neuf stations décentralisées dans les territoires ultramarins.

Le référendum en Nouvelle-Calédonie, une opportunité

Directeur de Nouvelle-Calédonie la 1ère (NC 1ère), Jean-Philippe Pascal a expliqué que « le référendum sur l’indépendance qui aura lieu le 4 novembre en Nouvelle-Calédonie sera une opportunité pour traduire concrètement cette nouvelle relation avec les rédactions nationales ».    

La soirée électorale, pilotée par la rédaction de Nouméa, sera notamment diffusée sur Franceinfo en plus de France Ô, tandis que des interventions en direct seront organisées dans les JT de France2 et France3.

La suppression de France Ô a été décidée en juillet par le gouvernement dans le cadre de la réforme de l’audiovisuel public. Elle doit s’accompagner, selon les termes alors employés par Matignon, d’« une amélioration très significative de la visibilité des outre-mer dans les programmes à forte audience des chaînes de France Télévisions ».

Semaine du film de la Caraïbe et des Outre-Mer

LE COIN DES LIBRAIRES

Samedi à partir de 15h00
José PENTOSCROPE
présente les auteurs du prix littéraire
FETKANN Maryse CONDÉ

Présence de l’éditeur
« Au vent des îles »

Marraine de la semaine

EXPOSITION

Peinture – José Pentoscrope
Dessins cinématographiques –
Chantaléa Commin
Photos –
Lucien Coutil

Programme

VACANCES AU PAYS

  • Par Jean-Marc Party
  • Publié le
Enfin, les vacances ! Il est grand temps de faire abstraction de nos afflictions quotidiennes. Oublions les sargasses, le chlordécone, la brume de sable. Oublions aussi le TCSP (en passe de débuter), le cyclotron virtuel, le CHU malade. Oublions les embouteillages, la délinquance, les faillites, l’incivisme des uns et notre anesthésie collective. Oublions enfin l’incapacité de nos dirigeants à gouverneur un peuple ingouvernable.

Tout le monde n’est pas encore prêt, cependant. Lycéens et étudiants sont encore à leurs examens et leurs parents gèrent comme ils le peuvent leurs jours de RTT. Les chômeurs non plus, ces grands oubliés des grands moments, qui, sans travail, n’ont pas de congés. Il reste que le moment venu, presque tout le monde sera en vacances.

Et pourquoi pas au pays ? Sorties, promenades, visites, concerts : le choix est large. Nous avons un sacré beau pays. Les touristes le savent souvent mieux que nous. Il ne tient qu’à nous de partir à la découverte de nos terroirs, de nos sites naturels et de nos nombreux quartiers.

Des exemples ? La Montagne Pelée et son panorama sur les deux littoraux ; les majestueux Pitons du Morne-Vert ; la plage de sable noir de l’Anse Céron ; le Morne Jacob et ses sentiers escarpés ; les habitations de Basse-Pointe ; le mystérieux Nord-Plage ; le bain de rivière à Grand’Rivière, la bien-nommée. À essayer aussi l’escapade dans un bus de la ligne G de Sud Lib de Ducos à la Pointe Faula ; le Morne Gommier et son point de vue sur la baie du Marin ; le Morne Larcher surplombant le sud-caraïbe.

Et pourquoi ne pas s’arrêter, le temps du punch, chez les habitants de Fond Massacre, ou de Fond Mulâtre, ou de Fond Mascret, ou de Fond Gens libres ? Ou de prendre deux-trois blagues à Pérou Sainte-Marie ou à Pérou Marin, voire à Beauséjour Trinité ou à Beauséjour Saint-Esprit ?

Lâcher prise, prise de distance, distance et hauteur : belles vacances au pays !

LA MARTINIQUE au PATRIMOINE MONDIAL DE L’UNESCO ?

La Martinique, candidate au Patrimoine Mondial de l’UNESCO

Les fôrets et volcans de la Montagne Pelée et des Pitons du nord de la Martinique pourraient devenir le 5e site naturel de France inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Les aires volcaniques et forestières de la Martinique concourent en effet pour une reconnaissance et une visibilité au niveau mondial.
Un projet porté par le Parc naturel de Martinique, la CTM Collectivité Territoriale de Martinique et l’État.

 

Martinique Merveille du Monde

A l’approche du dépôt, au niveau national, de la candidature pour l’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO des « Volcans et Forêts de la montagne pelée et des pitons du nord de la Martinique » , le Parc Naturel de Martinique (PNM) invite chacun à être ambassadeurs de cette Martinique Merveille du Monde.

Hot spot de la biodiversité mondiale, notre territoire se distingue aussi par sa géologie et le taux d’endémisme le plus élevé des Antilles ; patrimoine remarquable qu’il nous appartient de protéger et de valoriser.

L’intérêt de cette inscription ne se limite pas à une visibilité internationale prestigieuse capable de susciter une augmentation considérable de la fréquentation touristique. Elle augure des perspectives essentielles de préservation, de gestion, et de mise en valeur de nos patrimoines culturels et environnementaux, dans une dynamique d’ensemble pour tout un territoire.

C’est à ce titre que le PNM, porteur du projet pour le compte de l’État et de la Collectivité Territoriale de Martinique, encourage l’ensemble des martiniquais à être ambassadrices et ambassadeurs de cette ile exceptionnelle, acteur de la protection et de la valorisation de notre patrimoine naturel, culturel mais aussi à l’initiative de projets de développement local.

L’inscription du massif montagneux du nord de la Martinique au patrimoine mondial de l’UNESCO nécessite le soutien de tous. Le parc naturel de Martinique, organise une semaine de sensibilisation pour informer le plus grand nombre de la candidature pour l’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO des « Volcans et Forêts de la montagne pelée et des pitons du nord de la Martinique ».

Ensemble faisons savoir au monde que la Martinique est une merveille…en informant nos proches et nos connaissances de cette démarche, en témoignant de notre soutien avec les autocollants #MartiniqueMerveilleduMonde et en communiquant sur les réseaux sociaux WhatsApp, Facebook, Instagram, YouTube que notre Martinique est une Merveille du Monde avec des photos, vidéos et autres animations.

 

 

 

Source

Quoi de neuf en Martinique ?

sakafetmatinik.fr

FESTIVAL des CREOLES (saison 2)

FESTIVAL LE MOIS KREYOL #2 | 9 OCT – 13 NOV
à Paris et en Île de France
Cet automne, du 9 octobre au 13 novembre 2018, le Festival Le Mois Kréyol #2, Festival des langues et des cultures créoles – Lang épi kilti kréyol, célèbre pour sa deuxième édition à Paris et en Île-de-France les potentialités déjà révélées ou encore enfouies des langues et cultures créoles, dans une mise en dialogue des arts, sciences, textes et paroles de tous les continents, sans limites ni frontières.
▷ Soirée d’ouverture du festival le 9 octobre !
Le 9 octobre prochain à partir de 18h, soirée d’ouverture au Cinéma Les 7 Parnassiens, en partenariat avec la Semaine du Film de la Caraïbe et des Outre-Mer.

Au programme : discours inaugural, dévoilement du programme complet avec les dernières surprises, et projections :
– Chantal Loïal et la Créolisation

Petites Antilles, Coeur Battant (avant-première)
|  La programmation artistique  |
❖ En musique  ♫

Jazz, gwoka, chant lyrique, slam, contes musicaux … Retrouvez toute la programmation musicale, avec :

7 Son a To, Yann Cléry, Maë Defays, Simone Lagrand, Fabrice Di Falco et son quartet, Moun San Mélé, Zafer K, Cie Difé Kako, Ymelda et de nombreux invités.

❖ En spectacles !

– À Âmes Egales – Noir de Boue et d’Obus,Cie Difé Kako

– On t’appelle Vénus, Cie Difé Kako – Chantal Loial
– Diouma, de la Cie Koklaya – Raymonde Pater Torin
– Discours sur le colonialisme d’Aimé Césaire, Cie Moun San Melé.
Vous voulez danser, vous aussi ? Parade tropicale, défilé, bals konsèr, soirées de lyannaj et ateliers seront autant de moments partagés d’invitation à la danse, ou devrait-on dire aux danses !
❖ Des contes pour chacun, petits et grands
 
 
Pour les plus jeunes, avec Suzy Ronel,Igo Drané, Mariann Mathéus, mais aussi pour les plus grands, avec Jocelyn Régina
❖ Et bien plus encore
Arts plastiques, street art, photographie, expositions, avec JEANJERÔME, Marie-Charlotte Loreille, l’Association La Collective, …  Toute la programmation à découvrir sur le site du festival !
❖ Des ateliers, stages, et initiations pour tous
Danse, écriture, cuisine, couture, recyclage, maré tèt, initiation au créole, dictée, arts plastiques … Autant d’approches des langues et des cultures créoles, pour tous les âges.
Inscrivez vous dès maintenant, ateliers et stages proposés dans la limite des places disponibles
❖ Des tables rondes scientifiques, ouvertes à tous
15/10 : Créolité et Francophonie, à l’Hotel de Ville de Paris

21/10 : Bokantaj en créoles, à Massy

25/10 : Elèves créolophones à l’école, au Ministère des Outre-Mer

31/10 : L’engagement associatif, à FGO Barbara

7/11 : Créoles, langues d’aujourd’hui, à l’Organisation Internationale de la Francophonie

Avec nos partenaires :
Association et compagnie Difé Kako
Adresse de correspondance : 54 rue Vergniaud – Hall A – 75013 Paris |
Siège : 54 rue Vergniaud – Hall A – 75013 Paris |
SIRET n° 40266469200041 |Tel/ Fax : + 33 (0) 1 70 69 22 38 Port :+ 33 (0) 6 85 19 19 05  | http://www.difekako.fr
Ce message ne s’affiche pas correctement ?
Consultez-le en ligne.
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
E-mail
Internet

FËTE de la GASTRONOMIE CREOLE

SEMAINE du FILM de la Région CARAIBE et des OUTRE MERS

L’image contient peut-être : 2 personnes, texte

Image

Previous Older Entries

Je débute. Laissez-moi un commentaire ou une mention J'aime :)

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :