MANIOC, 9 ans d’ une bibliothèque virtuelle … au numérique

 

À l’occasion des 9 ans de la bibliothèque numérique Manioc, nous vous proposons un retour sur son histoire, de sa genèse à aujourd’hui…

2005-2009: la naissance d’un projet de bibliothèque virtuelle

 

          En 2005, dans la continuité des fonds régionaux existants déjà physiquement dans les bibliothèques, et huit ans après la naissance de Gallica, naît l’idée de créer une bibliothèque numérique pour valoriser le patrimoine de la Caraïbe et de l’Amazonie, dans le but de permettre une meilleure accessibilité à des fonds spécialisés en leur donnant davantage de visibilité. Dès le départ en effet, Manioc se veut accessible non seulement par les universitaires et les chercheurs, mais aussi par le grand public, et ce toujours gratuitement.

 

          De nombreux passionnés, chercheurs et personnels de la documentation, ont contribué à la préparation et à la mise en œuvre de Manioc. Par exemple, les premiers livres numérisés ont été rendus accessibles grâce à M. Batrosse, un libraire guyanais qui a prêté sa collection personnelle de documents anciens pour la numérisation.

Décembre 2009 : le lancement de Manioc

          En juin 2009, la version bêta de Manioc est inaugurée au Congrès de l’association des bibliothèques de la Caraïbe, ACURIL, qui se tient en Guadeloupe. En décembre, Manioc ouvre officiellement au grand public. Si la base est à l’époque loin d’être aussi fournie qu’aujourd’hui (elle proposait au total une quarantaine de documents environ !), les fondamentaux sont là. En effet, dès l’origine, Manioc propose une diversité de supports : des livres anciens, des images, mais aussi des thèses, des audio-vidéos, un catalogue collectif de périodiques sur la Caraïbe et l’Amazonie. Manioc accompagne aussi la naissance de la revue Études Caribéennes ; ainsi, Manioc n’est pas seulement une bibliothèque numérique : c’est aussi un portail qui ouvre vers d’autres ressources spécialisées.

 

Page d’accueil de Manioc 2009

De 2009 à aujourd’hui : une base qui s’enrichit…

          Depuis 2009, la bibliothèque Manioc s’est largement enrichie et étoffée. Les collections existantes à l’ouverture se sont bien développées : aujourd’hui, Manioc permet ainsi l’accès à 2 287 livres anciens, 15 063 images, 209 documents dans la rubrique « Études et Recherche », 2 527 audio-vidéos, et plus de 30 000 documents de bibliothèques numériques partenaires, comme la B.N.P.M. ou Gallica. De plus, de nouvelles ressources ont également vu le jour : on peut par exemple citer « Tramil », un programme de recherche appliquée à l’usage populaire des plantes médicinales dans la Caraïbe, la base « Esclaves de Guyane« , qui retranscrit des registres d’état civil d’esclaves et d’affranchis de Guyane ou la plateforme « Mémoires et Créations« , qui donne à voir la perception de photographes contemporains sur le patrimoine culturel immatériel.

 

http://memoiresetcreations.manioc.org/

            Manioc comporte également un volet médiation afin de mieux valoriser ses collections. Ainsi, l’équipe anime un blog depuis novembre 2010, une page Facebook depuis 2013, et apporte également des contributions sur Wikipédia.
      

Publications Facebook

 

Manioc demain

        De nouveaux projets sont en cours, dans le but de garantir une meilleure accessibilité aux contenus de la bibliothèque numérique, et de proposer aussi des ressources nouvelles pour mieux répondre aux attentes des utilisateurs.

 

          Ainsi, une nouvelle plateforme intitulée « Écritures contemporaines Caraïbes-Amazonie » (E.C.C.A.), qui a pour but de valoriser les écrivains et les écrivaines de nos territoires, sera accessible prochainement. E.C.C.A. ouvrira une collection dédiée à Maryse Condé, qui a fait don d’archives littéraires à l’Université des Antilles. Vous pourrez découvrir des tapuscrits inédits, qui permettront notamment de comprendre le cheminement et l’évolution de la production intellectuelle de l’écrivaine.
Enfin, l’équipe de Manioc prépare également une refonte totale du site internet, en se basant sur les résultats d’une étude qui a été réalisée au préalable auprès des usagers.

Pour aller plus loin :

Rétroblog Manioc
Philippe Batrosse: transmettre, partager, dans la discrétion… (article de 2017)
Manioc : 1 an ! (article de 2010)
Les dessous de la numérisation… (article de 2017)

Vidéo Manioc
Inauguration de la bibliothèque numérique Manioc (vidéo de lancement, 2009)

Publicités

SALON GASTRONOMIE DES OUTRE MERS 2018

 

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, texte

29186572_1297537987056822_7003430443735318528_n

23 MAI 2018 , LA MARCHE DU 170e ANNIVERSAIRE DE l’ABOLITION

Amitiés créoles,

Marie-Line MORMIN
Présidente de Tous Créoles ! Paris

Si vous ne pouvez pas lire cet e-mail, cliquez ici

Accueil | A propos | Expertises | News | Videos | Gallerie | Social Wall | Contact

NEWSLETTER 1

23 mai Journée nationale en hommage aux victimes de l’esclavage

Avril 2018

The great forest

Le 23 mai Journée nationale en hommage aux victimes de l’esclavage

20ème anniversaire de la Marche du 23 mai 1998

170ème anniversaire de l’abolition de l’esclavage colonial

LA MARCHE DU 23 MAI 2018 partira du Jardin des Tuileries à 15h pour arriver à la Place de la République où se déroulera à partir de 19h00 la fête de la Fraternité LIMYE BA YO (honorons-les).

Le 23 mai Journée nationale en hommage aux victimes de l’esclavage

  Nous marcherons pour honorer avec éclat la mémoire des femmes et des hommes qui vécurent en esclavage et dont les premiers furent libres le 23 mai 1848, il y a 170 ans.

  Nous marcherons pour que soit édifié dans le Jardin des Tuileries le Mémorial des Noms attribués aux 200 000 esclaves devenus libres après le décret d’abolition de l’esclavage du 27 avril 1848. 

  Nous marcherons pour aider la République à repenser ses dispositifs de lutte contre le racisme qui conduit le pays à une fracture raciale mortifère.

 Nous marcherons, nous descendants d’esclaves, avec les descendants de colonisés, de serfs, d’ouvriers et de tous ceux qui ont enrichis cette nation, pour affirmer que la France est notre Pays.

  Nous marcherons pour proclamer que le racisme ne disparaîtra réellement que lorsqu’un Français ne sera plus uniquement un descendant de Gaulois, blanc, chrétien et exclusivement Européen. 

  Nous marcherons avec détermination pour nos filles et nos fils car nous n’avons pas le droit de leur léguer un pays où prospère un racisme décomplexé.

  Nous marcherons car nous sommes décidés à voir pleinement reconnus notre place, notre rôle dans notre pays et notre apport à un avenir pétri de liberté, d’égalité et de fraternité.

L’EDUCATION A LA MEMOIRE EST ELLE DE GAUCHE OU DE DROITE ?

LE CONSEIL REGIONAL D’ILE DE FRANCE Présidé par Valérie PECRESSE (Les Républicains) refuse de soutenir l’éducation à la mémoire de l’esclavage

PAR Bénédicte MONVILLE DE CECCO Conseillère Régionale(Ecologie) d’Ile de France
10 Mai 2018

La loi du 21 mai 2001 rappelle que la « richesse des nations » occidentales s’est construite sur le crime originel de la traite atlantique et de l’esclavage, moment fondateur dans l’histoire du capitalisme et première phase de son expansion. Dès lors, on comprend qu’elle résonne de manière désagréable aux oreilles des tenants de l’ordre dominant.

Élue en décembre 2015 au conseil régional Île de France, je me suis assez vite étonnée qu’aucune action en faveur de l’éducation à la mémoire de l’esclavage ne soit soutenue par cette institution en particulier dans les lycées franciliens dont elle a la charge. Je demandais des explications en commission éducation et on me répondit que l’association avec laquelle la région avait établi un partenariat régulièrement renouvelé jusqu’à l’arrivée de Mme Pécresse à la tête de l’exécutif régional n’avait pas donné entière satisfaction. On me dit aussi que cette même association n’avait transmis aucun élément de bilan pour l’année scolaire 2015-2016. Je contactais l’association en question qui me confiait de son côté avoir été dissuadée par les services régionaux de déposer une nouvelle demande de subvention qui n’avait aucune chance d’aboutir. Par conséquent, je m’enquérais des éléments de bilan qui avaient pu motiver la décision de l’exécutif et n’y trouvais rien qui puisse la justifier. Mais, considérant que cette appréciation pouvait être subjective, je demandais si l’exécutif envisageait de soutenir une autre association ou du moins ce qu’il envisageait mettre en place pour encourager l’éducation à la mémoire de l’esclavage, de la traite et de leurs abolitions dans les lycées franciliens.

Je n’obtenais aucune réponse. L’embarras où je plongeais mes interlocuteurs chaque fois que je reposais la question suffit à me faire comprendre ce qu’il en était exactement. Mon groupe déposait toutefois un amendement à la commission permanente du 21 septembre 2016 pour rétablir la subvention octroyée auparavant à l’association précitée, sans succès. Le nouvel exécutif francilien n’avait aucune intention de favoriser la diffusion de la mémoire de l’esclavage dans les lycées franciliens. Pire, à cette même commission permanente l’exécutif régional votait une subvention de 50 000 € pour le financement d’une étude sur la faisabilité d’un parc Napoléon en Seine-et-Marne. Celui-là même qui rétablit l’esclavage aux Antilles et trahit Toussaint Louverture, leader de la Révolution Haïtienne.

Puis, vint le moment où nous eûmes à examiner la proposition d’un concours de « chanté Nwel » en Île de France. Pour la première fois, il était fait mention dans un rapport présenté par l’exécutif de Valérie Pécresse de l’esclavage perpétré par des privés et par l’Etat français dans les Amériques pendant quatre siècles : « Il s’agit d’organiser un concours annuel dans la tradition Antillaise issue des périodes de l’esclavage colonial ». Le rapport précisait qu’avec ce concours, l’exécutif visait « à découvrir la culture antillaise, à favoriser une citoyenneté commune, et à valoriser les initiatives autour du partage de cultures ». Si les « chanté Nwel » sont indéniablement populaires en Martinique et en Guadeloupe, cela n’en fait pas moins d’eux une des manifestations contemporaines du religieux – rappelons qu’il s’agit de chanter les évangiles – et d’un rapport au sacré et à la foi qui n’a rien à faire avec les institutions d’un Etat séparé des Églises depuis 1905.

Autrement dit, si Mme Valérie Pécresse refusait de « défendre la mémoire des esclaves et l’honneur de leurs descendants » (loi du 21 mai 2001) dans le cadre des prérogatives régionales et de sa politique d’éducation, elle faisait aussi la promotion d’un rituel religieux au nom de notre « citoyenneté commune », semblant ignorer au passage que tou.te.s les citoyen.ne.s ne chantent ni ne célèbrent Noël, ou de la reconnaissance de la culture antillaise, ainsi qu’on nous l’exposait en séance, enfermant du même coup tou.te.s les antillais.e.s dans une pratique cultuelle.

Je m’en agaçais et déclarais en substance que non seulement l’exécutif francilien avait abandonné la politique régionale en faveur de la diffusion de la mémoire de l’esclavage mais que ce qu’il présentait comme une volonté de reconnaissance des Antilles s’apparentait au pire paternalisme et visait en réalité à ignorer ce dont les Antilles avaient le plus besoin ; une « politique de développement de l’économie locale qui mettrait un terme à la dépendance économique des Antilles vis-à-vis de la métropole et commencerait enfin une redistribution des richesses, lesquelles sont toujours entre les mêmes mains depuis le XVIIe siècle ».

Le président de mon groupe recevait dans les jours qui suivirent une lettre signée par le président du conseil représentatif des français d’outre-mer (CREFOM) qui me reprochait de m’en prendre « aux descendants des propriétaires terriens du 17ème siècle et [de] les [stigmatiser] collectivement, précisant « ceci est une démarche contre laquelle le CREFOM se dressera toujours car nous voulons une société réconciliée et apaisée ». Je passe sur le reste de la lettre à laquelle j’ai immédiatement répondu. Si je cite cet extrait, exemple édifiant de négation des rapports de classes et de « races » hérités de l’esclavage et de la colonisation, c’est parce qu’il est tout à fait révélateur de ce qui se joue dans le refus de Valérie Pécresse de poursuivre une politique régionale de diffusion et d’éducation autour de la mémoire de l’esclavage et, au contraire, dans sa volonté de favoriser la réalisation d’un parc Napoléon au caractère hagiographique ou de promouvoir le rituel religieux des « chanté Nwel ».

La mémoire en effet est toujours le terrain d’un affrontement entre différentes visions du monde et le plus souvent elle est écrite par les vainqueurs : ici les maîtres contre les esclaves, puis à mesure que s’imposait le racisme et la figure de l’esclave africain comme de celle de l’esclave de toute éternité, des blancs contre les noirs. La loi du 21 mai 2001, « tendant à la reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité » fut portée et soutenue par nous, descendant.e.s d’esclaves. Elle rappelle que la « richesse des nations » occidentales s’est construite sur le crime originel de la traite atlantique et de l’esclavage, moment fondateur dans l’histoire du capitalisme et première phase de son expansion. En ce sens, elle rompt le consensus mémoriel dominant qui présente l’avènement du capitalisme comme une condition du progrès humain. C’est ainsi qu’elle initie pour nous les conditions d’une participation individuelle et collective à un monde commun, puisque nous y sommes finalement reconnu.e.s pour ce que nous sommes.

Dès lors, on comprend qu’elle résonne de manière désagréable aux oreilles des tenants d’un ordre qui n’en a pas fini de régner grâce à l’exploitation brutale du travail humain et de la nature. À charge pour les institutions spécialisées de produire les savoirs explicitement inféodés à leurs intérêts et d’éliminer, ici par absence de financement ou révisionnisme, les savoirs émancipateurs produits par le corps social en fonction de lui-même et de ce dont il a besoin pour s’émanciper.

À charge aussi pour les représentant.e.s des classes dominantes dans nos assemblées d’accentuer les divisions héritées de l’ordre colonial raciste en encourageant quelques manifestations cultuelles folkloriques qui viendront utilement achever le portrait d’un groupe et de sa nature singulière. En régime capitaliste et plus généralement inégalitaire, la division des classes dominées en groupes religieux, culturels, « ethniques », etc. est un puissant levier de reproduction pour le pouvoir. D’où aussi, la duplicité qui consiste aujourd’hui à satisfaire une demande légitime de reconnaissance en encourageant la pratique d’un rituel chrétien quand par ailleurs on stigmatise l’islam et les musulmans et les exemples ne manquent pas malheureusement au conseil régional d’Île de France : « À l’intérieur d’une même nation la religion morcelle le peuple et dresse les unes contre les autres les communautés spirituelles entretenues et renforcées par le colonialisme et ses instruments » [Franz Fanon 2002 (1961), p. 156].

Si la religion fut un instrument de la division et de l’assujettissement des peuples colonisés, l’exemple du conseil régional d’Île de France montre qu’en régime néocolonial elle n’a rien perdu de son utilité. Tout comme l’opiniâtreté de l’exécutif régional à refuser la mémoire de l’esclavage et à lui substituer son propre récit vise à empêcher la compréhension des processus révolutionnaires qui ont abouti à leurs abolitions ainsi que la reconnaissance de celles et ceux qui les ont produits, esclaves pour la plupart, et, en nous assignant au récit des dominants, à hypothéquer le présent et l’avenir de nos luttes en cours.

Epilogue : mon groupe au conseil régional a demandé à pouvoir bénéficier d’une salle pour organiser une journée de débats dans le cadre de la décennie internationale des personnes d’ascendance africaine mise en place par l’ONU et des commémorations nationales en France de l’esclavage, de la traite et de leurs abolitions. Le cabinet de la présidence nous a pour l’instant opposé un refus.

SOLIDARITE OUTRE MER à CHOISY LE ROI samedi 14 Avril 2018

Aucun texte alternatif disponible.

Image

n’hésitez pas …

à  formuler  vos  critiques  et  autres  commentaires ,  mais  aussi   vos  appréciations….!

Tout contact : Luckbrown@hotmail.fr

M E R C I  !!!

MAYOTTE en EBULLITION

Voilà Trois semaines que Mayotte s’est soulevée contre l’insécurité, la misère et la part qui lui est faite dans la République depuis qu’elle est devenue le 101 e Département français.
Il faut rappeler que l’invasion des Comoriens d’Anjouan rend difficile une gestion simple et ordinaire par la France de ses fonctions administratives et sociales quand la maternité de l’ile est la plus prospère de la République, du fait du droit du sol que reconnaît La France pour toute naissance sur son territoire. Et si les parents earriivés de la Grande Comore viennent à être expulsés, ils s’ingénient à laisser l’enfant sur place, que les services sociaux eux, sont tenus de prendre en charge parce que mineur(e)) et français(e) !!!!!
Quant à l’insécurité, elle se comprend aisément quand  » les envahissseurs » doivent se nourrir et se loger, à défaut de trouver un travail rémunérateur.
une insécurité qui ne se limite pas à des exactions et des agressions caractérisées puisque une mère rapporte que surprenant son enfant avec une arme blanche pour se rendre à l’école maternelle l’interroge …. et l’enfant de répondre que c’est pour se défendre !!!
Trois semaines se sont écoulées avant que la Ministre ne se décide à se délacer pour se faire une idée précise et comprendre et à la limite prendre la situation en mains ! La crainte peut être de se trouver en prise comme l’a été l’ancienne Ministre lors des évènements de Cayenne en 2017.Cependant et cela semble le remède voué aux outre Mers : l’envoi de gendarmes mobiles n’a pas manqué comme première assistance !
Rappeler au cours des échanges à bâtons rompus qu’elle est la Ministre de L’Outre Mer ou qu’elle  » n’accepte pas certaines remises en question de SA République » est d’une maladresse qui ne rassure en rien le désarroi d’une population qui a bien raison de douter des moyens qui seraient les siens en la matière.

Dans une discussion télévisée sur France 5, tous les orateurs se sont accordés pour reconnaître que la situation est INSOLUBLE à cause de la légèreté avec laquelle La France s’est engagée dans cette voie de la départementalisation, alors même qu’il ne faisait aucun doute des difficultés qui résulteraient de la séparation de Mayotte de ses iles soeurs et faisant partie des « COMORES »

Peut être Annick Girardin avait elle voulu symboliquement inaugurer la rentrée scolaire à Mayotte ? c’était sans compter sur la détermination des habitants qui élèvent des barrages sur les routes de l’ile depuis qu’ils ont décidé d’une grève générale pour manifester leurs inquiétudes
face à l’insécurité grandissante et les proportions de l’immigration Comorienne . Aujourd’hui la population d’origine Mahoraise ne représenterait plus que 45 % de la population de l’lle. c’est tout dire !

Toujours est-il que la solution de redoubler les forces de l’ordre ne répond pas à l’attente de la population et la situation à cette heure reste dans l’impasse …

« Le mémorial des tirailleurs naufragés »

Exposition documentaire

L’Hôtel de Région Nouvelle-Aquitaine accueille

la nouvelle exposition de Mémoires & Partages

du 12 au 30 janvier 2018

 14 Rue François de Sourdis, 33000 Bordeaux, France
Exposition documentaire
Exposition documentaire © Mémoire et partage

A l’occasion des manifestations célébrant le Centenaire de la première guerre mondiale, l’association Mémoires & Partages, avec le soutien de plusieurs partenaires institutionnels et associatifs,  présente une Exposition documentaire itinérante « Le Mémorial des Tirailleurs Naufragés ».

Le 12 janvier 1920, le paquebot Afrique fait naufrage au large de la Nouvelle-Aquitaine. La plus grande catastrophe maritime de France emporte presque 600 passagers. 98 ans après le naufrage, cette exposition veut rendre visible la réalité du plus grand fait divers de l’histoire de France, la situation coloniale qui l’a permis, faire revivre ses victimes dans leur diversité, retrouver la mémoire de ses tirailleurs sénégalais  dont le sacrifice ignoré, dans ce drame, donne à cette catastrophe une dimension particulière.

Cette exposition itinérante se veut, donc, le prolongement, du Plaidoyer pour réhabiliter les tirailleurs naufragés, lancé par l’association Mémoires & Partages le 25 janvier 2016 et soutenu par de nombreux parlementaires et citoyens en France et au Sénégal.

Elle s’est appuyée sur les archives (documents météo, presse, documents officiels, rapports de mer, actes de justice, interpellations politiques et témoignages familiaux) mais aussi sur deux travaux particulièrement édifiants: l’ouvrage de Roland MORNET « La tragédie du paquebot Afrique », (Geste Editions, 2006) et le documentaire réalisé par Daniel DUHAND et Lionel CHAUMET « Mémoires de l’Afrique »  (52 mn, 2014).

Autour d’une pédagogie du fait divers mais surtout de la relation-monde que préfigure cette tragédie, l’exposition, se veut une histoire des chemins sinueux  que la mémoire emprunte dans nos consciences. Reconnue et labellisée par la Mission Nationale du Centenaire 14-18, l’exposition Le Mémorial des Tirailleurs Naufragés  est labellisée par la Mission 14-18.

Cette exposition a été conçue et réalisée par Karfa Sira Diallo, fondateur-directeur de Mémoires & Partages. Karfa Sira Diallo a réalisé plusieurs expositions dont:

« Frères d’âme, héritages croisés de la Grande guerre », (2014) labellisée par la Mission 14-18,

Senghor, l’Africain Universel (2017), qui a fait connaitre l’emprisonnement en Gironde de l’ancien président du Sénégal

« Triangle doré », une histoire de l’esclavage (2016).

la mort de Henry Jean-Baptiste

Henry Jean-Baptiste est décédé
Vendredi 5 Janvier 2018 – 17h15
Henry Jean-Baptiste est décédé

Le Martiniquais Henry Jean-Baptiste, ancien député de Mayotte, est décédé ce vendredi à Paris à l’âge de 85 ans.
Né le 3 janvier 1933 à Fort-de-France, il fut élève du lycée Schœlcher de Fort-de-France puis étudiant en droit et en philosophie à Paris. Il était également diplômé de sciences-po et major de promotion de l’ENA (Ecole normale d’administration).
D’abord conseiller à la Cour des comptes, puis conseiller politique de Léopold Sedar Senghor et de Valéry Giscard d’Estaing, Henry Jean-Baptiste avait crée l’association France Outre-mer en 1985, puis avait été député de Mayotte de 1986 à 2002.
En 2011, il avait publié « D’une île à l’autre : une traversée au service de la République », aux éditions L’Harmattan.

Meilleurs voeux pour 2018/best wishes for 2018

Previous Older Entries

Je débute. Laissez-moi un commentaire ou une mention J'aime :)

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :