LA CITE DES OUTRE MERS … un projet en sursis?

La   cité  des Outre-mer se fera « avec un an de retard », en « 2020 »,

a dit la ministre des Outre-mer Annick Girardin aujourd’hui sur Public Sénat.

« Elle aura lieu, cette Cité des Outre-mer, elle se fera, elle se fera avec un an de retard », a déclaré la ministre, précisant que le bâtiment sera prêt en « 2020 ».
« Rénover un bâtiment pour en faire une Cité des Outre-mer, c’est bien, penser son fonctionnement dans la durabilité, c’est mieux », a-t-elle dit.
Début novembre, elle avait annoncé aux députés que la Cité « existerait », mais que le projet avait « besoin d’être repensé » et d’être « davantage collectif », regrettant ainsi que le ministère de la Culture n’en soit pas « partenaire ».

Voir aussi : Le projet de cité des outre-mer

La Cité est destinée à promouvoir et valoriser les cultures, les arts, les traditions et coutumes des territoires ultramarins. Elle est une promesse de campagne de François Hollande, qui l’avait officiellement lancée le 17 mars au parc de La Villette à Paris.
La Cité devait être installée dans un ancien cinéma désaffecté du parc du nord-est parisien. Elle était censée ouvrir ses portes en 2019.

Source : AFP

Publicités

CANTIQUES DE NOEL

Allez mon voisin – Page 2
Allons-y donc – Page 4
Dans le calme – Page 6
Douce Nuit/ Mi bel lan nuit – Page 9
Il est né le divin enfant – Page 10
Joseph mon cher fidèle – Page 11
Alléluia – Page 15
Les anges dans nos campagnes – Page 17
L’heureux moment – Page 18
Michaud veillait – Page 19
Naissez – Page 21
Ô Nwel ô – Page 23
Oh la bonne nouvelle – Page 24
Petit papa noël – Page 25
Pour un maudit péché – Page 26
Quand Dieu naquit à noël – Page 28
Quand Jésus naquit – Page 30
Satan crève – Page 31
Souvenez-vous en – Page 32
Un enfant vient de naître – Page 34
Voisin – Page 37

2 ALLEZ MON VOISIN

Promptement levez-vous
Mon voisin,
Le Sauveur de la terre,
Est, enfin parmi nous
Mon voisin
Envoyé de son père
Mon voisin.
Allez mon voisin, allez (bis)
Allez mon voisin, à la crèche
Mon voisin.
Allez mon voisin, allez (bis)
Allez mon voisin, à la crèche
Mon voisin.
Veillant sur mon troupeau
Mon voisin,
Autour de ce village,
J’entends un air nouveau
Mon voisin,
Et du plus doux langage
Allez mon voisin, etc.
Rempli d’étonnement
Mon voisin,
Je laisse ma houlette,
Pour voir le Dieu naissant,
Mon voisin,
Qu’annonçait le prophète,
Mon voisin.
Allez mon voisin, etc.
Dans 1’admiration
Mon voisin,
Entrant dedans l’étable,
J’adore ce poupon,
Mon voisin,
Mais Jésus ineffable,
Mon voisin.
Allez mon voisin, etc.
Après quelques moments,
Mon voisin,
Ayant fait ma prière,
Je porte mes présents,
Mon voisin,
A l’enfant à la Mère,
Mon voisin.
Allez mon voisin, etc.
Je ne suis point trompeur
3 Mon voisin

Les choses sont certaines.
Notre divin Sauveur,
Mon voisin,
Finit toutes nos peines,
Mon voisin.
Allez mon voisin, etc.
Mon Dieu manque de tout
Mon voisin
Portez-lui quelque chose.
S’il souffre c’est pour nous
Mon voisin
Nous en sommes la cause
Mon voisin.
Allez mon voisin, etc.
Choisissez le meilleur,
Mon voisin,
De votre bergerie.
Donnez-le de bon cœur,
Mon voisin.
A Joseph et Marie
Mon voisin.
Allez mon voisin. etc.
L’enfer est confondu
Mon voisin,
Le ciel a la victoire.
Du messie attendu,
Mon voisin,
Chantons, chantons la gloire,
Mon voisin.
Allez, mon voisin, à la crèche !
Mon voisin
Allez, mon voisin, à la crèche !
Ritournelle
Elise Elise Elise Elise (2 fois)
Le’w ka monté môn an mazincoin pa oublié
Elise Elise Elise Elise (2 fois)
Le’w ka monté môn an ti rhum lan pa oublié
Elise Elise Elise Elise (2 fois)
Le’w ka viré desann ti kraz la pa oublié
Elise Elise Elise Elise (2 fois)
Le’w ka viré monté mazincoin pa oublié

4 Allons-y donc

Deux bergers s’entrent disant :
Courons adorer l’enfant,
Qui vient de naître vraiment
Pour finir notre misère
Allons-y donc, mon compère
Allons-y donc gaiement.
Courons adorer l’enfant,
Allons-y donc gaiement,
C’est le dieu du firmament
Le créateur de la terre
Allons-y donc, etc.
C’est le Dieu du firmament
Allons-y donc gaiement,
Portons-lui quelque présent
Afin qu’il nous soit prospère,
Allons-y donc, etc.
Portons-lui quelques présents
Allons-y donc gaiement,
Et faisons-lui compliment
Nous ferions mal de nous taire.
Allons-y donc, etc.
Et faisons-lui compliment
Allons-y donc gaiement,
Sur son saint avènement
Qui nous est si salutaire.
Allons-y donc, etc.
Sur son saint avènement
Allons-y donc gaiement,
Lui demander humblement
D’un cœur droit, pur et sincère.
Allons-y donc, etc.
Lui demander humblement
Allons-y donc gaiement,
Un parfait amendement
Du mal qu’on a pu lui faire.
Allons-y donc, etc.
Un parfait amendement
Allons-y donc gaiement,
Il est doux, il est clément,

5 Il est bon et débonnaire

Allons-y donc. etc.
Il est doux, il est clément
Allons-y donc gaiement,
Il nous aime tendrement
Puisqu’il s’est fait notre frère.
Allons-y donc, etc.
Il nous aime tendrement
Allons-y donc gaiement,
Pour réussir sûrement
Adressons-nous à sa Mère.
Allons-y donc, etc.
Pour réussir sûrement
Allons-y donc gaiement
Promettons-lui fermement
De l’aimer comme un bon Père.
Allons-y donc, mon compère
Allons-y donc gaiement,
Refrain Autre:
Allons-y donc z’y z’y mon compère
Allons-y donc gaiement
Ritournelle
3 fois 20 patché karot, sé 30 pou mawen 30 pou sousou mwen
oguitch ich mwen édé ma tant ou mwen kay pôté dé ti patat ba’w
mwen té ka désann an vil, la riviè blanch baré mwen
si sé té misié sébastien lariviè a té ké néyé mwen

6 Dans le calme

Dans le calme de la nuit, (bis)
S’est entendu un grand bruit
Une voix
Plusieurs fois
Plus angélique qu’humaine
Une voix
Plusieurs fois
Rendait gloire au Roi des Rois.
Je n’entendais qu’à demi, (bis)
Car j’étais tout endormi,
Cependant
Ce doux chant
M’a fait ouvrir les oreilles
Cependant
Ce doux chant
M’a fait lever promptement.
Plus en plus je m’approchais (bis)
Et mieux en mieux j’entendais
Ravissant
Je n’ai ouï voix pareille
Oh ! le chant
Ravissant !
M’écriai-je hautement.
J’ai couru dans le hameau, (bis)
Tête nue et sans chapeau ;
Tout dormait
Et ronflait
Dans un repos bien tranquille
Tout dormait
Et ronflait
Et personne ne m’entendait.
Sus, levez-vous, compagnons,
L’autre nuit nous dormirons,
Dépêchez
Et sortez
Venez avec moi entendre
Dépêchez
Et sortez
Et tous ravis vous serez.
Aussitôt fait comme on dit

7 Et les grands et les petits

Me suivant
En sortant
Ils ont ouï la musique
Me suivant
En sortant
Ils admirent ce beau chant.
L’ange qui si bien chantait,
Clairement nous instruisait :
Cette nuit
A minuit
Est né le Sauveur des hommes
Cette nuit
A minuit
Sur le foin il est réduit.
Allons voir ce bel enfant
Pasteurs, dit-il, promptement.
Sans douter
Ni errer
Croyons à cette nouvelle
Sans douter
Ni errer
Allons vite l’adorer.
De cet oracle divin
Ayant appris le chemin
Le suivant
Promptement
Avons trouvé le messie
Le suivant
Promptement
Avons adorer l’enfant.
Il était ce beau poupon
En pitoyable façon,
De grand froid
Il tremblait
A peine avait-il des langes
De grand froid
Il tremblait
Sa pauvre mère en pleurait.
Ritournelle

8 An vandredi apré midi

Man té couché an ka kabann mwen
Ti sè mwen an ka krié mwen
I ka di mwen difé ki pri
Lè mwen soti alé gadé
Pou mwen pé wè sa ka pasé
Lè mwen rivé tibren pi lwenLa persepsyon té ka brilé
Mwen krié Marin
Marin pa ka répon’n
Krié fransoi i di y pa ka vini
Rivièr Pilot tout tuyotri’y bouché
Si sé pa té comenne Voklen
Tout St Espri té ké’y brilé
La joi de viv sé an ti sosiété
Ké nou formé i pa ni bien lontan
Nou ka bouè rum sé pou nou anmizé
Si nou boulé nou boulé
Si nou tchimbé nou tchimbé
La joie de vivre, la joie de vivre (bis)
La joie de vivre, la joie de boire
La joie de boire, la joie de boulé
La joie de boulé, de roulé à tè
De roulé à tè, trin nin tou patou
Trin nin tou patou, tonbé an kan’nal
Y a pas comme nous (bis)
S’il y en a, …………….
Petit papa noël…

9 Douce Nuit

Douce nuit, Sainte nuit !
Tout s’endort au dehors
Marie et Joseph veillent
Sur l’Enfant qui sommeille
Au ciel l’astre reluit (bis)
Douce nuit, Sainte nuit !
Quel bonheur dans les cœurs
Quand les bergers entendent
Les Saints Anges qui chantent
Il est né le Sauveur (bis)
Douce nuit, Sainte nuit !
Jetez-vous à genoux
Bergers, c’est le Messie
Jésus, né de Marie
Dieu fait homme pour nous (bis)
Mi bel lan nuit
Mi bel lan nuit, fout’ ça jolie
Tout’ moune ja ka dômi.
Marie épi Joseph ka veillé
Assou Jésus qui ka sommeillé,
Dans ciel la ni z’étoiles chè,
Ni z’étoiles qui ka clairé.
Mi bel lan nuit, fout’ ça jolie,
Mi bonheu pou nous tout’
A minuit an pauvr’ gadien moutons
Ka ten-ne plusieu voix qui ka chanté
Mammaille la nous sauvé
Pass Jésus né jôdi-à
Mi bel lan nuit, fout’ ça jolie
An nous tout’ bô l’église,
Adoré ti Jésus qui couché,
Bras-ï en l’ai, i envi nous quimbé-ï
Nous ké prend-ï dans cœu nous,
Nous ké gadé-ï pou toujou.
10 Il est né le Divin Enfant

Il est né le Divin Enfant
Jouez hautbois, résonnez musettes
Il est né le Divin Enfant
Chantons tous son avènement.
Depuis plus de quatre mille ans
Nous le promettaient les prophètes
Depuis plus de quatre mille ans
Nous attendions cet heureux temps
Ah! qu’il est beau, qu’il est charmant
Ah ! que ces grâce sont parfaites
Ah! qu’il est beau, qu’il est charmant
Qu’il est doux ce Divin Enfant.
Une étable est son logement
Un peu de paille est sa couchette
Une étable est son logement
Pour un Dieu quel abaissement !
Il vient en faire la conquête
Il veut nos cœurs, il les attend
Qu’ils soient à lui dès ce moment.
Oh ! bergers, venez promptement,
Près de lui votre place est prête.
Oh ! bergers, venez promptement,
Il aime votre empressement.
Partez, ô Rois de l’Orient
Venez-vous unir à nos fêtes.
Partez, ô Rois de l’Orient
Venez adorez cet enfant.
Ô Jésus, ô Roi tout-puissant !
Tout petit Enfant que vous êtes,
Ô Jésus, ô Roi tout-puissant !
Régnez sur nous entièrement.
11 Joseph mon cher fidèle

Joseph mon cher fidèle,
Cherchons un logement
Le temps presse et m’appelle
A mon accouchement
Je sens le fruit de vie
Ce cher enfant des Cieux
Qui d’une sainte vie
Va paraître à nos yeux.
Joseph
Dans ce triste équipage,
Marie allons chercher
Par tout le voisinage,
Un endroit pour loger
Ouvrez voisin la porte
Ayez compassion
D’une vierge qui porte
Votre rédemption.
Les voisins de Bethléem
Dans toute la bourgade
On craint trop les dangers
Pour donner la passade
A des gens étrangers
Au logis de la lune
Vous n’avez qu’à loger
Le chef de la commune
Pourrait bien se venger.
Marie
Ah ! changez de langage
Peuple de Bethléem !
Dieu vient chez vous pour gage
Hélas ! ne craignez rien
Mettez-vous aux fenêtres
Ecoutez ce destin
Votre Dieu votre Maître
Va sortir de mon sein.
Les voisins de Bethléem
C’est quelque stratagème
On peut faire la nuit
Quelque tour de Bohême
Quand le soleil ne luit,

12 Sans voir ni éclair ni lune

Les méchants font leurs coups
Gardez votre infortune
Passants retirez-vous.
Joseph
O ciel ! quelle aventure,
Sans trouver un endroit
Dans ce temps de froidure
Pour coucher sous un toit ;
Créature barbare
Ta rigueur te fait tort,
Ton cœur déjà s’égare
En ne plaignant mon sort.
Marie
Puisque la nuit s’approche
Pour nous mettre à couvert
Ah ! fuyons ce reproche
J’aperçois un désert
Une vieille cabane
Allons mon cher époux
J’entends le bœuf et l’âne
Qui nous serons plus doux.
Joseph
Que ferons nous Marie
Dans un si méchant lieu
Pour conserver la vie
Au petit enfant-Dieu
Le monarque des anges
Naîtra dans un bercail
Sans feu, sans drap, sans langes
Et sans Palais Royal.
Marie
Le ciel je vous assure
Pourra nous secourir
Je porte bon augure
Sans craindre de périr
J’entends déjà les anges
Qui font d’un ton joyeux
Retentir les louanges
Sous la voûte des cieux.

13 Joseph

Trop heureuse retraite
Plus noble mille fois
Plus riche et plus parfaite
Que le Louvre des Rois !
Logeant un Dieu fait homme
L’auteur du Paradis
Que le prophète nomme
Le Messie promis.
Marie
J’entends le coq qui chante,
C’est l’heure de Minuit
O ciel ! un Dieu m’enchante
Je vois mon sacré fruit ;
Je pâme, je meurs d’aise
Venez mon bien-aimé
Que je vous serre et baise
Mon cœur est tout charmé.
Joseph
Vers Joseph votre père
Nourrisson plein d’appas,
Du sein de votre mère
Venez entre mes bras,
Ah ! que je vous caresse
Victime des pécheurs
Mêlons, mêlons sans cesse
Nos soupirs et nos pleurs.
Ritournelle
Man lé’y dou (bis)
Man lé’y dou manmay la
Man lé’y dou (bis)
Man lé’y dou manmay la
Man lé’y dou (bis)
Man lé’y dou manmay la
Si ‘w pa ka ba mwen sa dou
Pa kryé mwen ti roro
Ya pas d’meilleur noël
Que le noël de chez nous
Pa ni pli bon nwèl
Ki nwèl la kay’ nou
Tanbou ka palé
tobodobodo
14
Ti-bwa ka frapé
Yo pa lé kouté
Chacha ka soukoué
….
Rum lan ka dévidé
Ohoh
Man tan’n an chanté kantik
ka woulé
Sé la ki ni ritounèl
ka tonbé

15 Alléluia

Chantons les louanges
D’un Dieu plein d’amour
Imitons les anges
Dans un si beau jour,
Melons nos trompettes
Avec leurs hautbois,
Et dans nos retraites,
Disons mille fois :
Alléluia ! alléluia !
Kyrie Christe ! kyrie eleison !
Jésus vient de naître
Pour nous rendre heureux,
Il fait disparaître
Tous nos soins fâcheux.
Nos plaintes finissent
Nous sortons des fers,
Les airs retentissent
Alléluia, etc.
Que chacun s’assemble
Dans Ces lieux charmants
Montrons tous ensemble
Notre empressement.
Que l’écho fidèle
Du fond de nos bois
Voyant notre zèle
Réponde à nos voix.
Alléluia, etc.
Que tout soit sensible
A notre bonheur
Que l’hiver terrible
Calme sa rigueur.
Que tous nos bocages
Nos prés, nos vallons,
Bravent les ravages
Des fiers aquilons
Alléluia, etc.
Paisibles fontaines,
Tranquilles ruisseaux,
Faites sur les plaines,
Serpenter vos eaux.
16 Que ce doux murmure,

Echo du printemps,
Rende la verdure
Et les fleurs aux champs.
Alléluia, etc.
Pourquoi tant attendre
Aimables oiseaux,
De nous faire entendre
Vos concerts nouveaux ?
De vos saints hommages
Devenez jaloux
Et dans vos ramages,
Dites avec nous :
Alléluia, etc.
Brebis innocentes
Et vous chers moutons,
Sur les fleurs naissantes
Faites mille bonds.
Trop heureux troupeau,
Il te vient de naître,
Un pasteur nouveau.
Alléluia, etc.
Oh ! quelle allégresse
Règne en ces bas lieux
Chacun s’intéresse
Dans ces champs joyeux.
A peine on voit luire
Ce jour fortuné
Que tout semble dire :
Le sauveur est né !
Alléluia ! alléluia !
Kyrie Christe ! kyrie eleison !

17 Les Anges dans nos campagnes

Les anges dans nos campagnes
Ont entonné 1’hymne des cieux ;
Et l’écho de nos montagnes
Redit ces chants mélodieux :
Gloria iu excelsis Déo (bis)
Bergers pour qui cette fête ?
Quel est l’objet de tous ces chants ?
Quel vainqueur, quelle conquête
Mérite ces chants triomphants ?
Gloria in excelsis Déo (bis)
Ils annoncent la naissance
Du Saint Rédempteur d’Israël
Et plein de reconnaissance
Chantent en ce jour solennel :
Gloria in excelsis Déo (bis)
Allons tous de compagnie
Sous l’humble toit qu’il s’est choisi
Voir l’adorable Messie,
Auquel nous chanterons aussi :
Gloria in excelsis Déo (bis)
Tous dociles à leur exemple
Seigneur, nous viendrons désormais
Au milieu de votre temple
Dire en publiant vos bienfaits :
Gloria in excelsis Déo (bis)
Ritournelle
Et l’écho, et l’écho (bis)
Et l’écho de nos montagnes
Redit ces chants, redit ces chants (bis)
Mélodieux, mélodieux
Redit ces chants mélodieux

18 L’heureux moment

Il s’approche l’heureux moment
Qui doit finir notre misère
Il va venir l’auguste Enfant
Qui donne la paix à la terre (bis)
Tournons vers lui (bis) tous nos soupirs
Appelons-le par nos désirs (bis)
O nations, consolez-vous
De vos souhaits l’objet aimable
Vient enfin répandre sur nous
Les dons de son cœur ineffable (bis)
Tournons vers lui (bis) tous nos soupirs
Appelons-le par nos désirs (bis)
Paraissez, ô divin Enfant
Pour nous à jamais désirable
L’univers entier vous attend.
Montrez votre face adorable, (bis)
Ah ! rendez-vous (bis) à nos soupirs
Venez combler tous nos désirs. (bis)
Daignez choisir votre palais.
Dans nos cœurs remplis de tendresse
Pour vous dès longtemps, ils sont prêts
Venez notre amour vous empresse (bis)
Ah! rendez-vous (bis) à nos soupirs
Venez combler tous nos désirs. (bis)
Ritournelle
Katrine pikan, diab’la déyè nou
Chandelle brilé, voyé dlo monté (bis)
Ablo blo blo blo blo (ter)
Lanné tala pa lanné pasé
Ou kay’y pasé bô la kuisin-ka
Ou kay’y trouvé dé môso ban-nann
Ou kay’y trouvé môso lanmori
Si-i pa asé, ou-a bouè bouillon-a (bis)

19 Michaud veillait

Michaud veillait (bis)
La nuit dans sa chaumière,
Près du hameau
En gardant son troupeau;
Le ciel brillait
D’une vive lumière,
Il se mit à chanter
Je vois (ter)
L’étoile du berger.
Au bruit qu’il fit,
Les pasteurs de Judée
Tout en sursaut
Vinrent retrouver Michaud,
Auxquels il dit :
La vierge est accouchée
Sur l’heure de minuit:
Voilà (ter)
Ce que l’ange a prédit
Un pauvre toit
Servait de couverture
A la maison
De ce Roi de Sion ;
Le vent sifflait
D’une horrible froidure
Au milieu de l’hiver
Il vient (ter)
Pour nous tirer des fers.
Sa Mère était
Assise près de la crèche ;
L’âne mangeait
Le bœuf les réchauffait;
Joseph priait
Sans chandelle ni mèche,
Dans ce triste appareil,
Jésus (ter)
Brillait comme un soleil.
Fasse, Seigneur,
Que notre sainte enfance
Nous place au cieux

20 Parmi les bienheureux !

Ah ! Quel bonheur
Si dans votre souffrance,
Nous pouvons mériter
Un bien (ter)
Que l’on ne peut ôter.
Ritournelle
Mwen dan l’église, man ka gadé
Misié ka gadé mwen
Mwen la savann man ka gadé
Misié ka gadé mwen
Mwen au marché mwen ka gadé
Misié ka gadé mwen
Alé misié, aléa lé lavé fidji fiyèl fan-m ou (bis)
Perinèl o ! mawen lé bonbé o !
Mwen lé bonbé pays a pa bon pou mwen chè (bis)
Pa dot ki konpè michaud
Ki di saint Joseph pa papa bondiéPa dot ki konpè michaud
Pa dot ki konpè michaud
Ki di parol la pou fè nou la pèn
Piman ou a ba mwen piman
Ah citron ou a ba mwen citron
A kay misié henri tô kolibri kasé kanari (bis)
Eti ou janmen wè sa (ter) kolibri kasé kanari (bis)
Mwen la jol mwen pa sa dôli
Mwen lé manjé mwen pasa manjé
Mwen lé bwè mwen pasa bwè tèlman pawol la ka fè mwen lapèn
Moun an (bis) moun na kif è la jol la (bis)
Moun oui moun an, moun moun an kif è la jol la
Moun tala kif è la jol la kè ni an pènn poté ba bondié (bis)
A pa dot (ter) ki konpè Michaud (ter)
A pa dot ki konpè michaud ki ki saint joseph pa papa bondié
A pa dot ki konpè michaud ki di parol la pou fè nou la pèn

 

21 Naissez

Naissez l’amour vous y convie,
Naissez pour changer nos destins.
(bis)
Grand Emmanuel, divin fils de Marie,
Venez réparer les pertes des humains,
Naissez l’amour vous y convie,
Naissez pour changer nos destins.
Le ciel est sensible à nos larmes
Le ciel nous accorde un sauveur.
La charmante paix succède à nos alarmes
Le jour fortuné comble notre bonheur
Le ciel est sensible à nos larmes
Le ciel nous accorde un sauveur.
Il naît ce messie adorable
Il naît ce grand Dieu fait enfant.
Peut-il ô mortels, se rendre plus aimable
Pour nous racheter, il se livre en naissant.
Il naît ce messie adorable
Il naît ce grand Dieu fait enfant.
Pour nous, jusqu’à nous il s’abaisse
Pour nous il s‘immole aujourd’hui.
Chantons à jamais l’excès de sa tendresse
Et que tous les cœurs brûlent d’amour pour lui
Pour nous, jusqu’à nous il s’abaisse
Pour nous il s’immole aujourd’hui.
Ritournelle
Version 1
sé pa lanmou ka kondui mwen
sé mwen ka kondui lanmou mwen (bis)
Jenn jan paf è bagaï konsa
palésé lanmou condui zot bis)
Version 2
Henriette man Zakari mété man gason dérô (ter)
Minui ja ka sonnen i lè pou li rantré
Rhum blanc-an mwen paka bwè li encô (ter)
22
Mwen paka bwè li ancô pas i ka brilé gôj mwen
Version 3
adèl voyé dlo, voyé dlo
Paedan manman pa la : voyé dlo
Pandan papa pala : voyé dlo
Padan ti frè pa la : voyé dlo
Gôj mwen ka brilé mwen : voyé dlo

 

22 Oh !La Bonne Nouvelle
Oh! la bonne nouvelle
Qu’on vient nous annoncer
Une Mère est Vierge
Un Sauveur nous est né.
Bon, bon, bon, accourons-y vite,
Bon, bon, bon, accourons-y donc.
Tous les bergers en fête
Ont quitté leurs troupeaux,
Chantant des chansonnettes
Dessus leurs chalumeaux.
Bon, bon, bon, etc.
Pour Joseph qui admire
Ce prodige nouveau,
Il ne peut que nous dire :
Voyez comme il est beau !
Nous verrons cette Mère
Belle comme le jour,
Qui sur son sein le serre
Dans des transports d’amour.
Bon, bon, bon, etc.
Soyons de la partie,
Allons rendre nos vœux
Au beau fils de Marie
Qui est le Roi des Cieux.
Bon, bon, bon, etc.

23 Petit Papa Noël

C’est la belle nuit de Noël
La neige étend son manteau blanc
Et les yeux levés vers le ciel,
A genoux, les petits enfants,
Avant de fermer les paupières,
Font une dernière prière.
{Refrain:}
Petit Papa Noël
Quand tu descendras du ciel
Avec des jouets par milliers
N’oublie pas mon petit soulier
Mais, avant de partir,
Il faudra bien te couvrir
Dehors tu vas avoir si froid
C’est un peu à cause de moi
Il me tarde tant que le jour se lève
Pour voir si tu m’as apporté
Tous les beaux joujoux que je vois en rêve
Et que je t’ai commandés
Le marchand de sable est passé
Les enfants vont faire dodo
Et tu vas pouvoir commencer
Avec ta hotte sur le dos
Au son des cloches des églises
Ta distribution de surprises
{Refrain}
Petit Papa Noël
Quand tu descendras du ciel
Avec des jouets par milliers
N’oublie pas mon petit soulier
Mais, avant de partir,
Il faudra bien te couvrir
Dehors tu vas avoir si froid
C’est un peu à cause de moi
Et quand tu seras sur ton beau nuage
Viens d’abord sur notre maison
Je n’ai pas été tout le jour très sage
Mais j’en demande pardon
26
Pour un maudit péché
Pour un maudit péché
L’auteur de la nature
Pour un maudit péché
Jésus-Christ est couché
Tout nu dessus la dure
Ah! qu’il me fait pitié
Dedans une masure
Caché!
Ce petit Dieu d’amour
Se charge de nos peines
Ce petit Dieu d’amour
Vient nous donner le jour
Et soulager nos chaînes
Ayons donc du retour
Pour un Dieu qui nous aime
Toujours !
Il naît dans le recoin
Du débris d’une étable,
Il naît dans le recoin
Sur la paille et le foin,
Sa bonté charitable
Le réduit à ce point
Qu’il veut ce fils aimable
Nos soins.
Il n’a pas de berceau,
Le poupon de Marie,
Il n’a pas de berceau,
Cet innocent agneau.
Il commence une vie
Entre deux animaux,
Languissante et suivie
De maux.
Trois Mages d’Orient
Apprenant la nouvelle
Trois Mages d’Orient
Ont porté leurs présents
L’un lui offre la myrrhe,
L’un l’or, 1’autre l’encens,
(Et tous ensemble ) adorent
L’Enfant.
27
Il attache ses yeux
Dessus l’aimable face
Il attache ses yeux
En dépit des envieux
Dessus la belle glace
De ce miroir précieux,
Qui nous fait voir la grâce
Des cieux.
Il adore l’Enfant,
Puis il salue la Mère,
Il adore l’Enfant,
Qui vient donner son sang :
Il apaise son père
Que le péché d’Adam
Avait mis en colère
Longtemps.
Tous ces bergers, de peur
De ne pouvoir y être,
Tous ces bergers, de peur
De ne voir ce Sauveur,
Accourent en lui portant
Ce qu’ils ont de meilleur
Mais le premier lui laisse
Son cœur.
Les pasteurs d’alentour
Font entre eux une bande
Les pasteurs d’alentour
Viennent faire leur cour
En même temps que l’ange
Leur a dit le séjour,
Chimel sans plus attendre
Y court.
28
Quand Dieu naquit à Noël
Quand Dieu naquit à Noël
Dans la Palestine,
On vit ce jour solennel
Une joie divine.
Il n’était ni petit ni grand
Qui n’apportât son présent
Et no, no, no, no,
Et n’offrit, frit, frit,
Et no, no et frit, frit,
Et n’offrit sans cesse
Toute sa richesse (bis).
L’un apportait un agneau
Avec un grand zèle,
L’autre un peu de lait nouveau
Au fond d’une écuelle
Et sous ses pauvres habits
Cachait un peu de pain bis
Pour la, la, la, la,
Pour la sain, sain, sain,
Pour la, la, Pour la sain,
Pour la Sainte Vierge
Et Joseph concierge (bis).
Ce bon père putatif
De Jésus mon maître
Que le pasteur plus chétif
Désirait connaître,
D’un air obligeant et doux
Recevant le don de tous
Sans cé, cé, cé, cé,Sans ré, ré, ré, ré,
Sans cé cé, sans ré, ré,
Sans cérémonie,
Pour le fruit de vie(bis).
Il ne fut pas jusqu’aux rois
Du rivage maure
Qui joints au nombre de trois
Ne vinssent encore
Ces bons princes d’Orient
Offrirent en le priant
L’en, l’en, l’en, l’en
Cens, cens, cens, cens, cens,
29
L’encens et la myrrhe
Et l’or qu’on admire (bis)..
Quoi qu’il n’en eût pas besoin
Jésus notre maître
En prit avec un grand soin
Pour faire connaître
Qu’il avait les qualités
Par ces dons, représentées
D’un vrai, vrai, vrai, vrai
D’un roi, roi, roi, roi
D’un vrai, vrai, d’un roi, roi
D’un vrai roi de gloire
En qui l’on doit croire (bis)..
Plaise à ce divin enfant
Nous faire la grâce
Dans son séjour triomphant
D’avoir une place
Si nous n’y sommes jamais
Nous goûterons une paix
De lon, lon, lon, lon
De gue, gue, gue gue,
De longue durée
Dans cet empyrée (bis)..
30
Quand Jésus Naquit
Quand Jésus naquit du sein
De la vierge sa Mère
Plusieurs Anges ayant eu dessein
D’annoncer ce mystère
Tombé du ciel, tombé du ciel,
Tombé du ciel en terre.
Pour aller chercher les bergers
L’un vole, l’autre trotte
Dans les champs et dans les vergers
On les trouva par botte
Qui faisaient la, la, la, la,
Qui faisaient la ribote.
Margot porta des écus neufs,
Toinon une layette,
Et moi je lui portai trois oeufs,
Dit la grosse Pierrette,
Pour faire une o, Pour faire une o,
Pour faire une omelette.
Bien bonjour Monsieur Saint Joseph
Et la Vierge Marie,
Bien bonjour Monseigneur Jésus
Le chef-d’œuvre de la vie
Et bonjour la, la, la, la,
Bonjour la compagnie.
Ritournelle
Man ka kaliko téni dé jen ti fi afos yo fi yo pa ka janbé dalo (Bis)
Padan man kakiko pala
Sé tifi ka janbé dalo
Pandan man kaliko pala
Sé tifi a ka joué klarinèt

 

31 Un enfant vient de naître
Un enfant vient de naître
Qui commande en tous lieux
Pasteurs, il est le Maître
De la terre et des cieux
Il est dans une crèche
Ce lieu n’est pas bien loin
Sur de la paille sèche
Et sur un peu de foin.
A voir ce roi des anges,
Chacun serait trompé.
De lambeaux et de langes
Il est enveloppé.
Pour soulager sa peine
Pour adoucir ses maux,
Il se sert de l’haleine
De deux vils animaux.
Près de cette demeure
Dormaient quelques bergers,
Un ange à la même heure
D’un vol des plus légers,
Fend l’air et les réveille
Et leur dit : à l’instant
Venez voir la merveille
Que l’Univers attend.
Ayant fait son message,
Cet Ange disparut,
Pour aller au village.
Plus d’un Pasteur courut.
Ils vont droit à l’étable
Chercher le nouveau-né.
A sa vue adorable,
Chacun s’est prosterné.
Que faisiez-vous Marie,
Quand vous les voyiez tous
Laisser la bergerie
A la merci des loups ?
Vous vous disiez vous-même,
Comme à tous les chrétiens :
Que pour le bien suprême
35
On quitte tous les biens.
Ritournelle :
Zim alléluia, alléluia (bis)
Zim alléluia souris a bwè l’huile la dan lamp la
alé ma kalalou
alé man diri douUn enfant vient de naître
Un enfant vient de naître
Qui commande en tous lieux
Pasteurs, il est le Maître
De la terre et des cieux
Il est dans une crèche
Ce lieu n’est pas bien loin
Sur de la paille sèche
Et sur un peu de foin.
A voir ce roi des anges,
Chacun serait trompé.
De lambeaux et de langes
Il est enveloppé.
Pour soulager sa peine
36
Pour adoucir ses maux,
Il se sert de l’haleine
De deux vils animaux.
Près de cette demeure
Dormaient quelques bergers,
Un ange à la même heure
D’un vol des plus légers,
Fend l’air et les réveille
Et leur dit : à l’instant
Venez voir la merveille
Que l’Univers attend.
Ayant fait son message,
Cet Ange disparut,
Pour aller au village.
Plus d’un Pasteur courut.
Ils vont droit à l’étable
Chercher le nouveau-né.
A sa vue adorable,
Chacun s’est prosterné.
Que faisiez-vous Marie,
Quand vous les voyiez tous
Laisser la bergerie
A la merci des loups ?
Vous vous disiez vous-même,
Comme à tous les chrétiens :
Que pour le bien suprême
On quitte tous les biens.
krié mwen bélévan
krié mwen tèt moutonou a ba mwen la jan mwen
sé lajan mwen mwen lé
ou ba mwen lajan mwen
37
sé lajan mwen mwen ka mandé’w
Voisin
Voisin d’où venait ce grand bruit
Qui m’a réveillé cette nuit
Et tout ceux de mon voisinage !
Vraiment, j’étais bien en courroux
D’entendre par tout le village
Sus, sus bergers (bis) réveillez-vous
Sus, sus bergers (bis) réveillez-vous
Quoi donc Colin ne sais-tu pas
Qu’un Dieu vient de naître ici-bas
Qu’il est logé dans une étable ?
Qu’il n’a ni lange ni drapeau
Et dans cet état misérable
On ne peut voir (bis) rien de plus beau.
On ne peut voir (bis) rien de plus beau.
Il t’a dit voisin qu’en ses lieux
Voudrait bien s’abaisser un Dieu
Pour qui rien n’est trop magnifique
Les Anges vous l’ont fait savoir
38
Par cette charmante musique
Qui s’entendit (bis) hier au soir.
Qui s’entendit (bis) hier au soir.
Plusieurs déjà s’y sont rendus,
Quelques-uns en sont revenus,
En disant que c’est le Messie,
Que c’est l’aimable Sauveur
Qui, suivant notre prophétie
Nous doit causer (bis) tant de bonheur.
Nous doit causer (bis) tant de bonheur.
Allons donc, bergers, il est temps,
Allons lui porter nos présents
Et lui faire la révérence
Voyez comme Jeannot y va
Suivons-le tous en diligence
Et nos troupeaux (bis) laissons-les là.
Et nos troupeaux (bis) laissons-les là.
Sans plus tarder, allons donc tous,
Allons saluer à genoux
Notre Seigneur et notre Maître ;
39
Et dans cet adorable jour,
Où pour nous l’amour l’a fait naître
Allons pour lui (bis) mourir d’amour.
Allons pour lui (bis) mourir d’amour.
Après avoir fait nos présents
Avec nos petits compliments
Autour de lui tout en cadence,
Nous lui souhaiterons le bonsoir
Et lui ferons la révérence.
Adieu poupon (bis) jusqu’au revoir.
Adieu poupon (bis) jusqu’au revoir.
Ah! Colin que dis-tu donc là
Il ne faut pas faire cela:
J’aimerais mieux perdre la vie
Restons toujours dans ce saint lieu
Tenons-lui toujours compagnie,
Et ne disons (bis) jamais adieu.
Et ne disons (bis) jamais adieu.
Pour moi je suis plutôt d’avis
De retirer ce petit fils
Où j’ai préparé sur deux bancs,
Un lit en forme de couchette,
Et des linceuls (bis) qui sont tout blancs.
Et des linceuls (bis) qui sont tout blancs.
Je vais faire de mon mieux
Pour retirer en ces lieux
Jésus, Joseph et Marie,
Quand ils seront tous trois chez moi,
Ma maison sera plus jolie
Que le palais (bis) des plus grands rois.
Que le palais (bis) des plus grands rois.
Dès aujourd’hui dans ce dessein
Sans attendre jusqu’à demain
Je veux quitter ma bergerie
Et j’abandonne mon troupeau
Pour mieux garder toute ma vie
Dans ma maison (bis) ce seul agneau.
Dans ma maison (bis) ce seul agneau.

 

fin – fin – fin- fin -fin

UNE NOUVELLE ILE DANS LES CARAIBES…

 

EN  REALITE,  UNE   ILE    DE    PLASTIQUE(S) !!!!!!!

Ce n’est malheureusement ni la première, ni la dernière fois que des images des pollutions plastiques en mer font la une de l’actualité. Cette fois-ci, ce sont les photos prises par la photographe Caroline Power dans les caraïbes qui témoignent des importantes pollutions humaines. Malgré les multiples alertes et certaines initiatives publiques et privées, la situation ne semble pas s’améliorer, au contraire. Sur Facebook, la « nouvelle mer de plastique » postée par la photographe n’en finit pas de choquer.

Caraïbe, palmiers, soleil et crustacés… Dans l’esprit commun, la destination a tout d’idyllique. Pourtant, depuis son bateau, Caroline Power montre avec une simple photo symbolique l’effrayante quantité de plastique qui s’est agglutinée le long des côtes de l’île de Roatan, qui est habitée. L’image inquiétante relève pourtant d’un triste quotidien dans de nombreux endroits, touristiques ou non, de la planète. « Il faut que ça s’arrête » commente-t-elle.

https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fcaroline.power3%2Fposts%2F10155101848243861&width=500

L’image choquante fait le tour des réseaux sociaux

Les bouteilles, gobelets couverts et sachets qui flottent à la surface de l’eau forment une masse stagnante et dérangeante. Le cliché expose ce que nous n’aimons pas voir : notre incapacité latente à produire et consommer de manière responsable. Selon le magasine Forbes, ce plastique pourrait provenir en partie du Guatemala, drainé par les courants, où une quantité importante de déchets a récemment été rejetée à la mer via l’un des fleuves du pays, le Motagua. 

La photographe, elle même tristement étonnée par cette découverte, a partagé le cliché sur les réseaux sociaux le 16 octobre dernier afin de contribuer à une prise de conscience générale et à la responsabilisation individuelle. « Pensez à votre quotidien. Comment avez-vous mangé votre nourriture la dernière fois que vous avez mangé dehors ? Votre nourriture était probablement servie dans du polystyrène, accompagnée d’une fourchette en plastique », écrit-elle notamment avant de lancer un défis à chacun : « Gardez vos ordures pendant une semaine. Triez les déchets organiques et ceux qui ne le sont pas. Vous serez dégouté de la quantité d’emballages n’ayant qu’une seule utilisation ». Pour cause, nos aliments achetés dans les grandes surfaces sont pour la majorité d’entre eux sur-emballés. Par ailleurs, nous nous sommes habitués à consommer du tout-jetable sans réfléchir aux conséquences, si bien que de nombreux objets sont tout bonnement mis à la poubelle après une seule utilisation, avec une chance de se retrouver un jour dans nos océans.

Tous les ans, 8 millions de tonnes de plastique sont déversées dans les océans

Le plastique est devenu l’une des pollutions les plus visibles de nos mers. Chaque minute, l’équivalent d’une berne à ordure termine dans l’eau, une menace immédiate pour les milieux marins et ceux qui y (sur)vivent. Années après années, chercheurs et associations ne cessent d’alerter sur le désastre écologique qui se déroule sous nos yeux et qui a pour cause l’inaction collective autant du coté du consommateur que des producteurs et des pouvoirs qui n’imposent pas de normes contraignantes par crainte de brimer l’économie.

Le problème ne semble pas prêt d’être résolu et la dépollution des océans est un véritable casse-tête pour les scientifiques. Les quantités astronomiques de déchets déversés dans les eaux sont à l’origine d’une telle hécatombe parmi les animaux marins qu’une solution d’urgence s’impose. Et les chiffres parlent d’eux-mêmes : dans un rapport publié il y a deux ans par la fondation Ellen MacArthur, il est estimé qu’en 2050, il y aura plus de déchets plastiques (en poids) dans les océans que de poissons. Bien que discuté, le chiffre est symbolique et indique une direction générale prise par l’humanité.

La pollution des mers par le plastique est donc un véritable fléau qu’il n’est plus possible de contourner, car elle participe à la mort silencieuse des fonds marins et de ceux qui y vivent. Les débris, ingurgités par les poissons, les coraux, les oiseaux marins, les tortues ou encore les cétacés, tuent en grand nombre et se répandent dans toute la chaine alimentaire. Pas moins de cinq endroits du globe abritent aujourd’hui des concentrations de débris plastiques qui forment désormais des îles flottantes.

Face à de tels drames écologiques, chacun se demande « que faire ? » Outre la nécessité de faire évoluer la législation en vigueur par le biais de pressions sur les élus, chacun peut s’engager contre le plastique à son échelle individuelle, notamment en se tournant vers le zéro déchet et une consommation locale plus responsable. En France, et ailleurs, les magasins en vrac se multiplient, rendant des modes de consommation alternatifs et responsables de plus en plus accessibles. Certes, c’est peut-être peu de chose à l’échelle individuelle, mais n’oublions jamais que ces océans de plastique se forment également par l’addition de gestes individuels jugés insignifiants.


 

LA MARTINIQUE ENTRAVEE


chaines.jpg

Tribune – Pierre-Alex Marie-Anne | Au rebours du magnifique exemple d’unité ,de solidarité et de pragmatisme  offert par la mobilisation générale  des forces vives syndicales, associatives et politiques pour la sauvegarde des contrats aidés, le syndicalisme dévoyé et l’écologie dénaturée , pratiqués par certains groupuscules activistes ,sont deux comportements déviants majeurs qui empêchent  la Martinique d’avancer.

La première de ces  déviances , s’acharne délibérément  sur tout ce qui marche , toute entreprise dynamique et novatrice pour s’efforcer de la casser sous couvert de défendre les travailleurs, qui se trouveront le bec dans l’eau quand elle aura été forcée de mettre la clé sous la porte ; il ne restera plus alors à ceux-ci qu’à aller grossir la foule des demandeurs  d’emploi inscrits  à Pôle emploi.

Pour ce faire toute une panoplie de pratiques parmi les plus pernicieuses et destructrices est mise en œuvre : déclenchement sans préavis de mouvements de grèves inopinés ,absence de concertation préalable permettant la recherche d’un  compromis  dans l’intérêt bien compris des deux parties, positions d’emblée maximalistes assorties de l’exigence du tout ou rien, harcèlement  continuel pour des motifs de plus en plus futiles  tenant plus à la forme qu’au fond, menace de grève générale illimitée agitée en permanence (pour rassurer évidemment d’éventuels investisseurs !), volonté inavouée  de prendre , dans les faits ,le contrôle de la gestion de l’entreprise,  mais bien sûr aux seuls risques financier de son chef légitime ;

Bref, l’exemple même de l’irresponsabilité  et de l’inconséquence  auxquelles  peut  conduire une pratique syndicale dévoyée et immature  au service d’ambitions personnelles et de basses menées politiciennes.

La seconde , sous couvert d’embrasser  la noble cause  de la protection de l’environnement et de la sauvegarde  de la nature, qui conditionne la survie de la Planète, s’oppose  systématiquement  à tout projet de développement et d’investissement .

A grand renfort de medias  complaisants ,ses adeptes  s’érigent , sans la moindre expertise scientifique ,en censeurs suprêmes de tout ce qui est entrepris pour faire progresser le pays et offrir du travail à ses enfants.

Il ne faut surtout rien changer  que tout reste comme avant ,comme  « antan lontan »,époque prétendument  bénie,  mais qui n’a pu exister ,en tout état de cause, que par l’action transformatrice de l’homme sur son milieu pour le rendre habitable ; c’est en effet à la prise de risque  et à l’audace créatrice de nos prédécesseurs que nous devons ce patrimoine historique , qui fait aujourd’hui notre fierté et constitue notre principal atout touristique.

Il ne suffit  donc pas d’arborer  fièrement barbe et cheveux en broussaille ,sans doute pour se donner des faux  airs de grand révolutionnaire  à la Che GUEVARA ,pour avoir une claire vision de l’avenir ou  comprendre les exigences du monde moderne  qui fait du développement économique la condition première du progrès social ;on ne peut répartir que ce que l’on a préalablement produit !

L’affichage ostensible , parles intéressés de  couleurs partisanes devraient inciter les uns et les autres à plus de circonspection sur les buts poursuivis par ces soi-disant écologistes, omniprésents dès qu’une contestation sans rapport avec l’écologie apparaît ,mais  dont la capacité d’indignation et de  protestation  dans ce domaine essentiel est des plus sélectives.

A quelques encablures  de ce chantier qui à déclenché leur fureur, à cause de quelques enrochements sur le littoral SHOELCHEROIS ,c’est un quartier entier qui ne cesse de s’édifier du côté de ″fonds BATELIERE‟  dans la plus grande illégalité , quasiment  ‟à la lame battante″  au risque d’être submergé en cas de  subite montée des eaux, sans qu’ils n’y trouvent   rien à redire ; tout au contraire , portés par la démagogie qui les animent, ils sont venus en cortège prendre la défense  de ces malheureux squatters ,champions du béton armé.

De même vous ne les verrez pas s’insurger contre la prolifération anarchique des constructions  qui défigurent nos rivages ou  nos  mornes , comme les images du Tour des yoles vu du ciel, nous en offrent tristement le spectacle ;

Pas davantage  mener une campagne  active contre les décharges sauvages et les VHU qui prolifèrent à l’infini et menacent la santé publique (s’agissant de ces derniers la plus grande vigilance s’impose désormais  pour la mise en œuvre effective  du Décret du 28 avril 2017 concernant leur élimination) ; encore moins contre le brûlage, à tout bout de champ, de  pneus enflammés qui dégagent à profusion leur fumées toxiques dans l’atmosphère ; nul doute qu’ils les considèrent comme faisant partie  de ″nos spécificités identitaires‟.

Des questions aussi essentielles comme la lutte contre les nuisances sonores dans un pays dont la population vieillit à grande vitesse  ou encore la vigilance à avoir concernant  la garantie, au plan phytosanitaire, des produits importés destinés à notre alimentation, les laissent indifférents.

Silence radio s’agissant de la pollution des sols et des rivières engendrée par l’absence d’assainissement collectif d’importantes zones agglomérées  ou bien  la protection des populations contre les risques d’inondations insuffisamment  prise en compte par les autorités concernées.

Quant à se mobiliser pour faire adopter et respecter par les pouvoirs  publics, des Plans de sauvegarde des paysages et des sites remarquables ,sans lesquels le tourisme est condamné à terme à disparaître , il n’y  faut pas compter ,une action  positive ne saurait  les intéresser !

Le plus dramatique  face à cette dérive ,mortifère pour la Martinique ,dans laquelle  se complaisent ses auteurs, c’est la démission  généralisée des responsables politiques qui se cachent la tête dans le sable pour ne pas en voir les conséquences .

Le constat est hélas sans appel : aucun développement véritable ne pourra  être sérieusement envisagé tant que perdurera  le climat  détestable de « guérilla sociale larvée» , entretenu par ces trublions irresponsables qui n’ont, semble-t-il ,d’autre objectif que de casser et de bloquer .

Pierre Alex MARIE-ANNE

ART CONTEMPORAIN AFRICAIN à PARIS

La Maëlle Galerie est heureuse de vous annoncer sa participation prochaine à la foire

AKAA (Also Known as Africa). Tel est le libellé de la nouvelle foire d’art contemporain africain

dont l’accent est porté cette année sur la Caraïbe.

Avec les artistes :
Jean-François Boclé
Ernest Breleur
Emmanuel Rivière

Maëlle Galerie
Stand B18
AKAA
Carreau du temple, Paris, France

/// Special Project
La Maëlle Galerie présente The Tears of Bananaman de Jean-François Boclé

La banane reste aujourd’hui l’icône d’un ailleurs exoticisé et fantasmé, comme elle nous renvoie à la figure d’une altérité radicale. Le fruit nous dit l’impossible, et pourtant nécessaire, fluidité entre endogène et exogène.

Dans Cent ans de solitude, Gabriel Garcia Marquez revient sur l’un des hauts faits de la United Fruit Company et du capitalisme, le massacre des bananeraies (Masacre de las bananeras), perpétré par l’armée colombienne à la demande de l’United Fruit Company en 1928. Près de 1000 ouvriers agricoles syndiqués sont massacrés à Ciénaga, dans la région de Santa Marta (côte caribéenne de la Colombie).

Ce fut le déclencheur dans le roman de Marquez des pluies, qui durèrent quatre ans, onze mois et deux jours, qui condamnèrent le village fictif de Mocondo. Un Déluge, comme une réponse face à l’avidité humaine, face à un homme qui s’érige au sommet de la chaîne alimentaire du vivant.

Ici débarqué d’un Cargo-Bananier le fruit nourricier, et de l’autre côté de l’Atlantique, les îles poubelles, les toxiques paradis. Ces starlettes warholienne nous apparaissent dans leur bipolarité : jaune immaculé, insouciant et oublieux, sourires débridés, exotisme à croquer, elles nous apparaissent également parcourues d’un entrelacs de lignes et de taches noires révélant des peaux blessées, scarifiées, des corps repliés ou putréfiés.

The Tears of Bananaman (2009, ongoing), 300 kg de bananes scarifiées de mots met en tension paradis et toxique, exotique et inquiétude, vivant et impuissance. The Tears of Bananaman pose la question de la part toxique de l’homme, comme elle pose la question de l’atteinte.

/// Action Participative – Dimanche 12 novembre 2017

La Maëlle Galerie et l’artiste Jean-François Boclé vous invitent  à cannibaliser le « Bananaman ».

Jean-Fançois Boclé, 2009 (on going) - 300 kg de bananes scarifiées de mots - 330 x 130 x 25 cm Courtesy Maëlle Galerie
Invitation spéciale du public, pour une performance participative
Rendez-vous le dimanche 12 novembre à 17h00 sur le stand de la Maëlle Galerie. L’artiste Jean-François Boclé propose de cannibaliser le Bananaman.
Le public se vera remettre les bananes par l’artiste et sera invité à engloutir intégralement la sculpture.
L’anthropophagie est du côté de la ré-appropriation et du « laisser traverser ». Dévorer le Bananaman, c’est ingérer notre contemporanéité toujours marquée par la violence et la dystopie.
Le mot cannibale est à l’étymologie de la Caraïbe. L’Europe conquistador construisit la figure fantasmatique de l’anthropophage : Caniba, Cariba, Caribe, Caraïbe.

Réservation >>>>>>>> http://akaafair.com/rencontres-akaa-2017#dimanche

/// Programme des conférences

* Samedi 11 novembre 2017
17h00 – Auditorium

Tracées#Noyaux lumineux
Table ronde en trois volets modérée par Seloua Luste Boulbina

CORPS
Ernest Breleur, Jeanne Wiltord
Le moi n’est pas maître dans sa propre maison… Le Baron-Samedi du vaudou montre, spectaculairement, combien le corps vivant est habité par le désir et la mort, par des forces ou des pulsions souvent inconnues. L’aveuglement prédomine. Quand un artiste montre des corps sans tête, ou réduits à leurs radiographies, des corps féminins entrant dans la ronde, des fragments de miroirs ; quand il procède par collages, que fait-il ? Qu’est-ce qui est ici, au travail dans le registre visuel ? La parole en fait-elle partie ? Retour sur l’œuvre.

* Samedi 11 novembre 2017
18h00 – Auditorium

Tracées#Noyaux lumineux
Table ronde en trois volets modérée par Seloua Luste Boulbina

DETOX
Jean-François Boclé, Véronique Kanor
Avocats du Mexique, bananes de Martinique etc. : la toxicité du monde s’incarne dans ce que nous ingérons. Le racisme, toujours présent comme le sexisme, est lui-même toxique : il empoisonne les relations. Les penseurs proposent quelquefois des « pharmacies » : Césaire, Fanon, Glissant ont fait de la critique et de la poésie une voie de sortie. Qu’en est-il des artistes ? En quoi les arts sont-ils des arts de l’existence ? On peut se demander de quoi, dans le contexte singulier de la Caraïbe, les artistes font usage et ce qu’ils proposent : remèdes, aphrodisiaques…

///

The Maëlle Gallery is pleased to announce you his upcoming participation in AKAA art fair whose focus is on the Caribbean this year.

With the artists:
Jean-François Boclé
Ernest Breleur
Emmanuel Rivière

Maëlle Galerie
Booth B18
AKAA – Also Known As Africa
Carreau du temple, Paris, France

/// Special Project

The Maëlle Gallery and the artist Jean-François Boclé present The Tears of Bananaman.

Bananas remains today an icon of an exoticised fantasized elsewhere as it takes us to the figure of a dominated otherness (or alterity). The fruit tells us the impossible, yet necessary, fluidity between the endogenous and the exogenous.

In Hundred Years of Solitude, Gabriel Garcia Marquez returns to one of the highlights of the United Fruit Company and capitalism, the banana massacre (Massacre de las bananeras), perpetrated by the Colombian army at the request of the United Fruit Company in 1928. Nearly 1,000 unionized agricultural workers are being massacred in Ciénaga, in the region of Santa Marta (the Caribbean coast of Colombia).

This massacre was the trigger in Marquez’s novel of the rains, which lasted four years, eleven months and two days, which condemned the fictional village of Macondo. A Deluge, as a response to human greed, facing a man who stands at the top of the food chain of the living. Here we see the disembarked nurturing fruit from a Banana cargo, and on the other side of the Atlantic, the garbage islands, the toxic paradises.

These Warhol starlets appear to us in their bipolarity: immaculate yellow careless and forgetful, unbridled smiles, exotic to crunch, they appear also to us traversed by a tracery of lines and black stains revealing injured skin, scarified, folded or rotten body.

As the installation The Tears of Bananaman (2009, ongoing) where 300 kg of bananas scarified of words rot for the duration of the exhibition, this series of paintings puts in tension Paradise and toxic, exotic and worry, living and impotence. It raises the question of the toxic part of humankind as it raises the question of infringement.

/// Special public invitation for interactive performance.

The Maëlle Galelery and the artist invite you to cannibalize the Bananaman.

You are invited on Sunday November 12th at 5pm to Maëlle Gallery’s booth (B18). The artist Jean-François Boclé proposes to cannibalize the Bananaman.
The public will be handed over the bananas by the artist and will be invited to completely devour the sculpture. Cannibalism represents re appropriation and lets the “cross-over” take place. To devour the Bananaman is to ingest our contemporaneity always marked by violence and dystopia. The word cannibal is the etymology of the Caribbean. Conquistador Europe constructed the fantastical figure of cannibalism: Caniba, Cariba, Caribe, Caribbean.

Facebook Copyright 2017.
 


UN VERDICT CONTESTABLE… ET CONTESTE

La Cour des comptes rend un verdict injuste contre nos élus locaux

Le rapport annuel pointe du doigt la mauvaise gestion des communes d’outre-mer qui emploient un personnel pléthorique dont la charge pèse sur leur budget. Un document mal renseigné.

Image de la façade de la Cour des comptes, à Paris. © AFP/THOMAS SAMSON
© AFP/THOMAS SAMSON Image de la façade de la Cour des comptes, à Paris.
Ainsi donc, la situation financière des collectivités de la Réunion, de la Guadeloupe, de la Martinique et de la Guyane est « plus dégradée » que celles de l’hexagone, quand bien même elles disposent d’un niveau de recettes supérieur. Cinglant verdict de la Cour des Comptes. En clair, les élus locaux des collectivités d’outre-mer sont de piètres gestionnaires en comparaison de leurs homologues continentaux.

Le réquisitoire des magistrats de cette auguste assemblée chargée de veiller à la bonne utilisation des fonds publics s’appuie sur un constat d’huissier : une masse salariale excessive augmentée d’une surrémunération des fonctionnaires de nos communes.

La Cour des comptes s’étonne en disant que l’octroi de mer offre un confortable matelas aux maires. Cette taxe frappant les produits importés est destinée aux investissements dans les communes. Une manne mal utilisée, insinue le rapport. En résumé : nos élus disposent de moyens financiers importants, mais ils embauchent un personnel en sureffectif et surpayé.

Faut-il en rire ou en pleurer ? Ces braves énarques ne savent-ils pas que les fonctionnaires d’outre-mer perçoivent une prime dite de vie chère, encadrée par des lois votées par le Parlement ? Oublient-ils que les charges de nos communes sont plombées par des embauches compensant le manque d’emplois attractifs dans le secteur privé ? Ignorent-ils que des dizaines de milliers de chômeurs ont été sauvés de la misère ou de l’émigration par des municipalités jouant un rôle d’amortisseur social ?

Ces technocrates vivant entre eux dans des bureaux climatisés feraient mieux de dispenser leurs leçons aux gouvernements incapables depuis 40 ans de voter un budget en équilibre. Le règlement de comptes de la Cour des comptes envers les élus locaux est contestable… et contesté !

  • Par Jean-Marc Party
  • Publié le

FETONS LA GASTRONOMIE CREOLE

ff8c1e00-543e-4f04-979b-e42f60f97f33 creole

La cuisine créole à l’honneur
pour la Fête de la Gastronomie

L’Académie de l’Art Culinaire du Monde Créole vous invite les 22 et 23 septembre pour des dégustations culinaires et des animations musicales!

 

AU PROGRAMME

Vendredi 22 septembre
– Exposants
– Dégustation de Colombo
– 18 heures : atelier « Accras » avec le Chef Stéphane SORBON

Samedi 23 septembre
– Exposants
– Dégustation de Colombo
– Animation musicale

Démonstrations et dégustation culinaire par le Cercle Gastronomique des Jeunes Chefs Créoles
– 15 heures : Pain au beurre et Pomme cannelle avec le Chef Tristan Tharsis
– 16 heures : Colombo avec la Chef Vanessa KICHENIN
– 17 heures : Pâtés à la confiture et macaron coco avec le Chef  Tristan Tharsis
– 19 heures : Tinain morue revisité avec le Chef Xavier SIVAGER

At this time/A ce jour…

5 years after its opening with 7 000 visits, you are more than 3 000 visitors to have crossed the doors of « LUCKYLAND ». Congratulations and Thank you!
I thank you all, some for their loyalty, if not for their curiosity for others, because it proves how fruitful it is to share and share a look, a point of view, an event, a bit of everything That offers the life of this world to our sensitivity, our curiosity, our wonder sometimes.

You will not be surprised if I told you, that American readers are in good place, between Martinique with a difference of 300 approx.  In addition, and Guadeloupe which has 300 less, unlike France reaching the record of more than 4 000 visits reducing its 1/5 score from Martinique. When I tell you that the meeting, the French Guiana and the Canada follow with less than 50 each, you will also know that the world of 1500 visits about come from 82 other countries.

the  most   visited pages? Will you surprise me if I told you: « The origin of the slaves in Martinique and the population »? It is clear that the return on history and that of our origins interests the Martiniquais nevertheless, especially since the « International Colloquium » of last October has retained many attentions! Then come the « Prix Aimé Césaire de poésie 2015 », « Kapistrel », a site entirely devoted to Creole, « Historical figures » and of course … « News and politics ».
Here is a picture which encourages us to continue, to add whenever I judge it opportune the page that we will share in a friendship always virtual.
Thousand THANK YOU …!
Kind regards to all, and good continuation!
Your friend,

Luckbrown.

…………

5  années  après  son  ouverture  avec   7 000 visites, vous êtes  plus de 3 000  visiteurs  à  avoir  franchi  les  portes  de   » LUCKYLAND ».!!!  Bravo  et Merci !

Je  vous  remercie toutes  et  tous,  certains  pour leur  fidélité  sinon  de  leur  curiosité pour  d’autres,   car cela prouve  combien il  peut être  fructueux  de  partager  et  de  faire  partager un  regard, un point de  vue,  un évènement, un peu de   tout  ce  qu’ offre la  vie de  ce monde à notre sensibilité, notre  curiosité, notre  émerveillement parfois.

Vous  ne serez pas  surpris  si  je  vous  confiais,  que les lecteurs américains  sont  en  bonne place, entre la Martinique  avec  une différence  tout  de même de 300 env.  en plus,  et  la Guadeloupe qui compte à l’inverse 300  de moins , l’Hexagone  atteignant  le  record de  plus de 4 000  visites soit 5 fois le  score  de la Martinique. Quand je  vous  aurai  dit  que  La Réunion, La Guyane  et  le  Canada  suivent avec moins  d’une  cinquantaine  chacun,  vous  saurez aussi   que de par le monde  1500 visites environ proviennent de 82  autres pays.

Les  pages   les  plus visitées ?  Vous  surprendrai – je  si  je  vous annonçais : »De l’origine des  esclaves en Martinique et de la population »  ? il est  clair  en  effet  que  le  retour  sur l’histoire  et celle de  nos  origines intéresse les Martiniquais malgré  tout,  d’autant    que  le  » Colloque  scientifique international »  d’ Octobre  dernier a retenu  bien  des attentions ! Viennent  ensuite, le « Prix Aimé Césaire  de poésie 2015 », « Kapistrel », site  entièrement dédié  au  créole, « Personnages historiques » et bien sûr … »Actualités et politique ».

Voilà un  tableau qui incite à continuer ,  à  ajouter chaque  fois  que  je  le  jugerai opportun  la  page  que  nous partagerons dans  une  amitié toujours  virtuelle.

Mille  MERCI  encore …!

Bien  cordialement à toutes et  tous, et  bonne  continuation !

Votre  ami,

Luckbrown

 

LES HONNEURS DE L’AFRIQUE DU SUD pour Euzhan PALCY

La cinéaste martiniquaise Euzhan Palcy reçoit l’une des plus hautes distinctions sud-africaines

  • Par Philippe Triay
  • Publié le 28/04/2017 à 16:21, mis à jour le 28/04/2017 à 17:01

La réalisatrice Euzhan Palcy a reçu ce vendredi à Pretoria en Afrique du Sud la plus haute distinction décernée par ce pays à des personnalités étrangères, en faisant son entrée dans « l’Ordre des compagnons d’Oliver Reginald Tambo ». C’est la première Française à recevoir cet honneur.

© DR
©

Euzhan Palcy a reçu la médaille de « l’Ordre des compagnons d’Oliver Reginald Tambo » (l’équivalent de la Légion d’honneur) ce vendredi à Pretoria, à l’occasion de la Journée de la liberté (Freedom Day) en Afrique du Sud. Ce jour férié sur le plan national commémore chaque année la date des premières élections libres dans le pays, qui s’étaient tenues le 27 avril 1994 et conclues par la victoire de Nelson Mandela.

L’année 2017 est aussi l’année du centenaire de la naissance d’Oliver Tambo (1917 – 1993), ancien compagnon de route de Mandela et président du Congrès national africain (ANC) de 1967 à 1991. La distinction qui porte son nom est la plus importante décernée à des personnalités étrangères par le gouvernement sud-africain « pour leur amitié envers l’Afrique du Sud ». « C’est une distinction de paix, pour la coopération et l’expression active de solidarité et de soutien » mentionne le site de la présidence.

Mme Palcy a été récompensée « pour sa contribution exceptionnelle à la lutte de libération en exposant les injustices sociales en Afrique du Sud, dans un film de portée internationale (« Une Saison blanche et sèche » en 1989 avec Marlon Brando, ndlr) qui a renforcé la révolution contre l’apartheid », poursuit la présidence.

Je suis honorée de recevoir l’Ordre National Sud Africain: Compagnon de OR Tambo pour le Freedom Day en cette année du centenaire d’OR Tambo

« Elle a voyagé en Afrique du Sud en défiant la section spéciale du régime d’apartheid (…). Elle a risqué sa vie pour rendre compte avec précision de l’apartheid dans « Une Saison blanche et sèche » et pour donner la parole aux Sud-Africains opprimés. Elle a convaincu les studios d’employer des acteurs sud-africains (…). Elle a fait une révolution et l’histoire à Hollywood », précise le texte. « Mme Palcy peut être considérée comme la seule cinéaste noire de l’histoire à avoir réalisé un film anti-apartheid durant l’emprisonnement de Mandela et pendant l’ère de l’apartheid ».

Source  Martinique 1ère 2017

LA MARTINIQUE EN MARCHE

Pour une autre approche spatiale du développement de la Martinique

— Par Pierre-Alex Marie-Anne —
drapeau_972-tt_couleursA l’heure où la CTM se met en place, avec ses pêchés originels : mode d’élection et organisation du pouvoir peu démocratiques, moyens d’action d’autant plus limités que grevés par le poids de la dette cumulée des deux assemblées précédentes, il n’est pas inutile de s’interroger sur la pertinence de l’orientation suivie jusqu’alors en matière de Développement .

En gros , la priorité à été donnée à l’aire géographique couverte par la CACEM, autrement dit la conurbation centrale FdF ,Lamentin, Schoelcher, Saint-Joseph où tout se trouve hyper-concentré.

On en voit les conséquences ,en particulier dans le domaine du transport dont les flux en provenance du reste du territoire sont menacés d’asphyxie et risquent fort de le rester en dépit des investissements considérables actuels où futurs inhérents au TCSP ; si bien que certains, particulièrement inspirés , par la découverte dans leur songes de l’endroit où est enterrée la fameuse jarre d’or remplie à milliards de nos contes et légendes créoles ,rêvent d’ un gigantesque pont , à défaut d’un viaduc , enjambant -excusez du peu ! -une des plus belles baies au monde.

Et si on se posait la vraie question ? n’est-il pas temps , à l’aube de ce changement institutionnel majeur , de renverser les priorités. En clair , cesser d’engraisser le mammouth foyalais à coup de perfusions financières de la Région et concentrer les efforts sur le SUD et le NORD pour les revivifier et rééquilibrer le développement de l’île ,seule moyen efficace d’éviter la congestion progressive de l’agglomération centrale.

Il ne s’agit nullement de pénaliser la‟ ville capitale ″et les communes avoisinantes car celles-ci disposent toutes ensemble de magnifiques atouts qu’il convient d’exploiter au mieux. Qu’on en juge :

Une position stratégique au cœur de l’arc antillais et du bassin caraïbe , un port en eau profonde ,en phase avec les évolutions du trafic maritime attendues de l’ouverture du nouveau jeu d’écluses du canal de Panama et situé à faible distance d’un aéroport international lui-même en plein développement , une façade maritime remarquable, idéales pour toutes les activités nautiques prolongeant un Centre historique richement doté en équipements et structures patrimoniales : Cité administrative et judiciaire complète , Structures hospitalières de pointe, Siège sociaux de référence des entreprises ,associations et syndicats ,principales zones industrielles et artisanales reliées par autoroute et bientôt le TCSP , offre commerciale complète et diversifiée bénéficiant d’une zone de chalandise à fort pouvoir d’achat , Une jeunesse entreprenante formée par un appareil éducatif et de Formation professionnelle de niveau européen conforté par une Université des Antilles ouverte à tous les partenariats et joint venture caribéen avec son environnement, potentialités culturelles , artistiques et sportives d’une grande richesse appelées à être encore boostées par les technologies de l’information et de la communication et les grands équipements de création et diffusion mis en place, possibilités de rénovation urbaine induites par les infrastructures routières majeures de la Rocade et du TCSP ( Bishop sera-t-elle, dans la continuité du Bvd Gal de Gaulle , avec au milieu la Place F.Mitterrand élargie à l’îlot F-A en guise de Place de la Concorde , les Champs-Elysées de demain ?)…

On voit donc que le Centre ne manque pas d’atouts pour son développement qui dépend en réalité principalement du dynamisme et de l’esprit d’initiative et de créativité dont sauront faire preuve ses édiles pour accroître son attractivité et sa richesse.

Par contre les régions Sud et Nord souffrent d’être les laissés- pour- compte des politiques de développement ce qui entraîne de graves dysfonctionnement de la société martiniquaise . A l’évidence ,on ne pourra pas y remédier sans une puissante action volontariste de rééquilibrage à leur profit des dites politiques .

Il apparaît nécessaire de massifier les investissements publics et privés sur ces deux zones géographiques, pour sinon inverser du moins stabiliser les migrations circulatoires quotidiennes .

Cette orientation se justifie d’autant plus que ce sont ces zones qui détiennent l’essentiel des ressources qui compteront dans l’avenir :

L’eau, le soleil et les plages, clés du développement urbain ,du Tourisme et des énergies renouvelables, la mer domaine privilégié du nautisme et de toute une ‟économie bleue‟ basée notamment sur la recherche appliquée , l’aquaculture et l’exploitation du sous-sol marin , la nature et les paysages, sanctuaire de la biodiversité et principal pourvoyeur de l’industrie agro-alimentaire comme de la diversification agricole ,un climat exceptionnel qui attend d’être valorisé dans le domaine de la santé et du bien-être et pour couronner le tout les promesses du numérique qui abolit les distances et révolutionne les conditions de la création , dans de multiples domaines.

Mais pour cela ,il faut changer l’optique de nos décideurs trop exclusivement focalisée sur leurs seuls intérêts municipaux . le meilleur exemple en est fourni par le Centre Caribéen de la mer au Robert, seul équipement majeur du Contrat de Plan qui vient de s’achever cette année à ne pas avoir vu le jour malgré ses nombreux avantages : attraction majeure pour les visiteurs touristiques comme pour la population ,rôle éducatif essentiel notamment pour les scolaires sur le milieu marin, de plus il offrait l’opportunité rare d’un couplage avec l’IFREMER , acteur essentiel de la connaissance de cet univers primordial , (à l’heure où le problème des sargasses devient préoccupant ), permettant du même coup d’entrevoir une piste sérieuse et combien prometteuse de décentralisation universitaire . Un zéro pointé pour ceux qui sont à l’origine de ce fiasco, incapables de mener à bien ne serait-ce qu’un dixième des réalisations marquantes de l’île-sœur.

Un autre exemple de l’aberration actuelle ,la carte hospitalière ; certes le déficit criant des régimes de Sécurité Sociale impose la recherche d’ économies de fonctionnement mais cela doit-il aboutir à accentuer les déséquilibres régionaux actuels et à pénaliser les malades obligés d’ entreprendre des déplacements longs et coûteux pour la moindre intervention chirurgicale ? une correction de trajectoire s’impose d’urgence.

On ne peut que déplorer la relative indifférence des responsables politiques locaux devant ce qu’il faut bien qualifier de dérive bureaucratique.

Il est donc fondamental de changer de politique de développement et de s’orienter résolument vers l’affirmation de pôles majeurs d’activités aussi bien dans le Sud que dans le Nord .

Les points d’appui principaux pourraient en être : le nautisme ,le Tourisme intégrant un Centre de congrès et les équipements de loisir afférents , une piste pour l’aviation légère ,l’exploitation du sous-sol marin, et des énergies renouvelables ,en particulier le solaire, d’un côté et la transformation agricole ,le Tourisme vert de découverte ( circuit des habitations et des distilleries) et de randonnées, l’exploitation des possibilités offertes par la biodiversité , grâce à l’action du Pôle Alimentaire Régional créé à l’initiative du conseiller régional Laventure, l’énergie thermique des mers, le développement portuaire et universitaire et la mise en valeur patrimoniale, en particulier autour de l’histoire de Saint-Pierre , dotée par ailleurs d’un quai pour la croisière , de l’autre .

Bien évidemment cela n’exclut en rien la promotion de toutes les activités transversales : une place de choix doit être réservée au numérique , à développer tous azimuts pour réduire la fracture sociale et territoriale, aux manifestations sportives et culturelles d’envergure , prenant appui sur les TIC, qui doivent constituer un véritable produit d’appel pour le secteur touristique, le recyclage et la valorisation des déchets , sans oublier bien sûr la formation professionnelle qui est la condition première de tout Développement. Mais l’essentiel est ailleurs, il est de se convaincre de l’impérieuse nécessité, pour mettre fin aux dysfonctionnements de notre société, de rattraper le retard de développement que connaissent actuellement les habitants des trois-quarts du territoire martiniquais.

Je débute. Laissez-moi un commentaire ou un Like :)

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives